• Mamanxieuse

Une dure journée

Je me suis réveillée d'une belle nuit de sommeil. Ma journée a super bien commencé. Je le croyais, en tout cas...


3 ans sans crise d'anxiété! Un peu d'anxiété, bien sûr, mais pas de crise. Aujourd'hui, sans pré-avis, mon anxiété refait surface comme une bombe...


Tremblement, tension, endolorissement musculaire, fébrilité, souffle coupé, palpitations, maux de cœur, transpiration, mains froides et moites, sécheresse buccale.. le gros lot de symptômes. Je suis à la job depuis 1 heure seulement, je dois survivre encore 7heures. Comme je suis très ouverte d'en parler, je dis à mon employée que je ne me sens pas bien parce que je tremble et ça se voit.

Elle me dit «je vais m'occuper des clients». Elle n'essaie pas de me rassurer en me disant «respire» ou tout autre conseil qui clairement ne fonctionne jamais. J'étais contente, je préfère qu'on me laisse tout simplement vivre ma crise. Si non, on dirait que ça en rajoute. Je dois me concentrer sur ma respiration et me calmer. J'ai beau me parler, ça ne fonctionne pas, bien sûr. Ça fait tellement longtemps que j'avais quasiment oublié à quel point cela est pénible à vivre. Ouff, je m'en serait passé. Ensuite, j'ai essayé de trouver ce qui m'avait amener à faire une crise. Pleins de petits changements, sûrement. Mais, pourquoi aujourd'hui? Pourquoi maintenant?. Pas de réponse parce que l'anxiété est imprévisible.


J'ai passé les 7 heures suivante à avoir des palpitations au cœur. L'impression d'avoir bu 50 cafés! Tellement horrible comme sensation.


La journée c'est finalement terminée... de retour chez moi. Assise sur mon sofa ÉPUISÉE, VIDÉE... plus capable de réfléchir. J'essaie de me reposer enfin, car chez moi je me sens en sécurité, comme si j'étais protégée de ma crise d'anxiété qui est encore très présente mais moins pire.

Mon ex m'appelle pour me parler des enfants. Je lui dis que je suis en train d'écrire, je lui explique ma journée.

Sa réponse: «Ça se contrôle, de l'anxiété. Tu dois t'en foutre un peu plus et tu devrais fumer du cannabis.»


****Misère!!


J'ai répondu tout simplement: «Est-ce que tu dirais à une personne qui a le cancer de ne pas souffrir, que c'est toute dans sa tête puisque ce n'est pas visible de l'extérieur?»


Il m'a répondu: «Ça ne ce compare pas.»


Ma réponse: «Ce n'est qu'un exemple, je sais que ce n'est pas la même chose. Mais la maladie mentale est tout aussi réelle, même si ce n'est pas visible de l'extérieur. Nous souffrons!»


Après cette brève conversation, je me suis versée un verre de vin... et j'ai mis un film de Noël.

Je me croise les doigts pour que demain soit une meilleure journée et pour un autre 3 ans sans crise.


Maman anxieuse.







321 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon