• Victor

Un amour d'été

Cette fille, je l’ai tellement aimée, vous n’avez aucune idée. Elle était scintillante à l’image d’une radieuse journée ensoleillée et douce comme la nuit d’un ciel étoilé. C’est grâce à elle si j’ai réellement compris c’était quoi la vraie définition du mot «amour», pas celle qui se retrouve dans le dictionnaire.


Le plus bel été de ma vie

Elle était belle, vous ne pouvez vous imaginer comment. Une beauté intemporelle, quoi! Un être humain exceptionnel aux yeux bleus comme le ciel qui faisait l’envie de bien des regards. Mais au-delà de la beauté superficielle, c’est ce qu’elle avait à offrir au monde qui l’a rendait si précieuse. Une jeune femme avec des valeurs familiales profondes, qui la caractérisait. Calme, réfléchie et bourrée de sagesse pour son jeune âge. Elle avait de la prestance, c’était tangible qu’elle avait eu une bonne éducation.


À l’époque, je n’avais rien à lui offrir, mais je lui ai tout donné. C’est beau, un amour d’été. Tout va toujours bien, c’est rempli de légèreté, le temps s’arrête. Terrasse, aventure et allégresse. Tout est toujours nouveau. J’ai passé une des plus belle journée de ma vie en sa compagnie. On avait pris la voiture et on avait été au large le jour de mon anniversaire. Le sexe qui en avait suivi ce soir là!


Tout ça, c’est le beau de l’histoire. Parce qu’en tant que TPL, quand on aime et que tout va bien, sky's the limit comme le disent les anglos. Or, quand ça se gâche, c’est laid. C’est lorsque l’on aime le plus que l’on est le plus blessé et vous devinerez que j’ai énormément souffert.


J’ai le don de m’embarquer dans des amours impossibles. Je déménageais à la fin de l’été pour un minimum de trois ans. Elle avait sa vie à vivre et moi la mienne. Le destin a surement fait en sorte que les choses se brouillent pour nous deux au lieu que nous ayons à les brouiller nous-mêmes. J’ai eu de la peine longtemps, à l’image de ma vie en tant que personne vivant avec le trouble de la personnalité limite, soit non-équilibrée. À l’époque, je ne savais pas pour ma condition, mais avec du recul, j’aurais donc aimé le savoir. Ça aurait expliqué bien des choses.



Les traces

Malgré les nombreuses femmes merveilleuses que j’ai eues dans ma vie, c’est cette fille que j’ai le plus aimée. Cependant, je n’en parle jamais. Outre les gens de mon quotidien à l’époque, personne ne le sait. Jamais je ne fais allusion à elle, ni mentionne son nom. Premièrement, elle a un prénom si singulier (et si joli), que je ne veux pas que les gens effectuent la recherche sur Facebook, genre. Deuxio, c’est triste à dire, mais ça me fait toujours un petit pincement au cœur lorsque je réveille cet épisode de ma vie. Ça me fait mal pour rien.


Je pense sincèrement qu’elle a un lien avec toutes mes relations amoureuses ultérieures, car je recherche ce même amour, cette même passion. Je compare. Je sais bien qu’il y a une différence entre un amour d’été et l’amour d’une vie. Pourtant.


Victor


197 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon