• Laurie

Transmettre son savoir de génération en génération

Dernière mise à jour : il y a 5 jours




Si je me souviens bien, j'avais des signes précurseurs de mon TPL dès mon enfance. À l'adolescence, je crois que le tout s'est concrétisé à l'intérieur de moi. Mais à cette époque, je présumais que tout le monde ressentait les mêmes choses. C'est plutôt au début de l'âge adulte que j'ai réalisé ma «différence», que j'ai compris que mes défis n'étaient pas commun à tous. Je n'arrive pas nécessairement à mettre le doigt sur la raison, mais je n'en ai jamais vraiment parlé à personne. Par honte? Gêne? Ou parce que je ne considérais personne autour de moi comme étant digne de confiance et pouvant recevoir ces confidences ? Aucune idée...


Jusqu'au jour où je me suis rendue à l'hôpital, que j'ai reçu mon diagnostic et que j'ai appelé ma mère en panique aux petites heures du matin. (le jour du diagnostic)


J'avais 28 ans à l'époque. J'avais vécu jusque là sans avouer à personne mes démons intérieurs. Mais cette nuit-là, je n'en pouvais plus. J'ai tout déballé à ma mère. Mon vase avait atteint son trop-plein et je ne pouvais rien y faire. Quelle ne fût pas ma surprise lorsque ma mère s'est mise elle-même à me raconter son passé très similaire au mien.


Et ma première pensée a été «Si j'avais su». Si j'avais su qu'elle me comprendrait si bien, je me serais confiée bien avant. Si j'avais su qu'elle ne me jugerait pas, je me serais faite une alliée bien avant. Si j'avais su qu'elle me soutiendrait, je ne me serais pas sentie autant seule si longtemps.


Aujourd'hui, je suis enceinte de mon premier enfant. Et je me suis fait la promesse qu'à certains moments clés de sa vie, dans un langage adapté à son âge et sa personnalité, j'allais lui confier des bribes de mon expérience. Sans entrer forcément dans les détails, j'allais lui faire voir que je suis d'abord et avant tout une humaine, avec ses défis et ses travers. En tant que maman, il m'arrivera «d'exiger» des choses de lui/elle. Mais jamais je ne m'attendrai à la perfection, étant loin d'être parfaite moi-même. À travers mes partages, j'espère faire comprendre à mon enfant qu'il pourra se confier à moi, que je ne serai pas fâchée, que je ne le jugerai pas et surtout, que je ne le laisserai jamais tomber.


À tous les parents qui nous lisent, n'ayez pas peur de montrer qui vous êtes réellement à vos enfants. Avouez-leur vos défis quotidiens, et ils verront en vous un exemple de force, de résilience et d'espoir. Et surtout, vous leur démontrerez que c'est possible de passer à travers les moments plus noirs.


Laurie




*À noter que nous tentons doucement d'intégrer l'écriture inclusive dans tous nos textes. Pour en apprendre davantage sur le sujet, nous vous invitons à consulter l'Office québécois de la langue française.


68 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout