• Charlotte

Te respectes-tu?

Lorsque tu te sens fatigué, te respectes-tu?

Lorsque tu n'as pas envie d'aller à la soirée, au souper, ou n'importe quel autre évènement, parce que tout ce que tu as envie de faire c'est de te reposer chez toi, te respectes-tu?

Essaies-tu de t'imposer un rythme de vie qui ne te correspond pas? Pour avoir l'air « comme les autres »?

Lorsque tu vois le mur de l'épuisement qui s'en vient à toute vitesse devant toi, te respectes-tu assez pour ralentir?


Moi je l'ai vu le mur (souvent!). Et je n'ai pas ralenti. Je pensais que cette fois-ci, ce serait différent. Que j'arriverais à le contourner, à passer par-dessus, ou même que le mur, cette fois, serait mou. As-tu déjà vu un mur mou toi? Je te garantis que celui-ci ne l'était pas.


Et pourtant, je le sais. Mon rythme à moi est plus lent. En tant qu'hypersensible qui ressent tout autour de moi, j'ai besoin de plus de temps, plus de repos, plus de moments calmes, que la moyenne des gens. J'en ai besoin pour apaiser l'anxiété qui devient trop haute si je me laisse envahir par toutes les émotions et les ressentis de tout ce qui m'entoure.



Mon rythme à moi est plus lent, et ce, depuis mon enfance. Et j'ai longtemps combattu ça. Je me suis longtemps taper sur la tête à me demander pourquoi moi je n'étais pas comme les autres. Parce que mon cerveau bouillonne, il fonctionne à une vitesse folle. Ça a des bons côtés, mais des moins bons aussi, comme un épuisement général plus rapide. Pourquoi pour les autres ça semble si facile de tout mener de front. Et que moi, dès que je vais au-delà de mes « forces », mon corps me rappelle à l'ordre. J'ai toujours eu l'impression d'avoir l'air d'une faible aux yeux des autres.


Mais finalement, je commence à comprendre que plus je me respecte, plus mon corps a le potentiel de réaliser tout ce que je souhaite. Il suffit que je sois à son écoute, que j'aille à son rythme, que j'en prenne soin, et il est là pour moi. Que je peux lui faire confiance aussi, il sait exactement ce dont il a besoin pour se sentir bien. Au final, respecter la personne que je suis, mes besoins, mon rythme.


Et toi, te respectes-tu?


Chantal



*À noter que nous tentons doucement d'intégrer l'écriture inclusive dans tous nos textes. Pour en apprendre davantage sur le sujet, nous vous invitons à consulter l'office de la langue française.

955 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout