• P.

Survivre au travail

Mis à jour : sept. 4

Je vais commencer cet article en disant que j'aime mon travail. C'est vrai, je suis exactement dans le milieu où je voulais être, j'ai un bon salaire, des collègues chouettes, de la liberté dans ce que je fais, etc.


MAIS


4 jours sur 5, j'ai envie de tout quitter, de changer d'emploi, ou juste d'aller vivre en forêt, éloignée de toute civilisation.




Je vais être honnête : je passe par mille émotions en une journée et je suis aussi anxieuse qu'un petit cochon d'Inde. Tout passe dans une machine qui distord la réalité selon son envie. Les choses les plus anodines deviennent sujet à interprétation, ou simplement un outil pour me taper sur la tête, que ce soit ma collègue dure avec tout le monde, ou bien un courriel qui me semble un peu trop sec, ou des gens qui parlent à voix basse, ou même un regard qui me semble différent que d'habitude.


Je suis toujours sur le bord du gouffre émotionnel. Le problème majeur est qu'au travail, tu te dois d'être professionnel et de « laisser tes problèmes à la maison », ou un truc dans le genre­. Comment je fais pour laisser mon TPL et mon TAG à la maison?


J'ai réussi à me créer un masque de jeune professionnelle souriante et prête à tout faire pour plaire à tout le monde. Au travail, je ne suis que la partie la plus belle de moi. En revanche, dès que je quitte les quatre murs du travail, je redeviens cet espèce de monstre émotionnel qui pleure, qui fait des crises de panique, qui est convaincu que tout le monde va l'abandonner, et qui est en colère pour rien.


Il y a un mois, mon masque est tombé devant une de mes patronnes, celle qui est dure et exigente. Pendant qu'elle m'ordonnait tout ce que j'avais à faire, j'ai commencé à pleurer, et pas juste quelques larmes, non. Une torrent de larmes s'échappaient de mes yeux alors qu'une rivière de mucus sortait de mon nez, le tout entrechoqué de « mon amie est morte... et j'ai toujours mal partout depuis mon accident ... et j'ai peur en voiture ... et je suis toujours fatiguée... et désolé... et normalement, je suis capable de me contrôler, mais j'ai parlé à une psy hier... » Après qu'elle m'a dit que j'allais prendre ma journée du lendemain congé, je me suis cachée dans une cabine de toilette et j'ai pleuré pendant une heure. Pendant un moment, je me suis libérée de mon masque.


Je suis quelqu'un d'intense, d'excentrique, de créative, et de bizarre. J'aimerais pouvoir montrer toutes mes facettes au travail, sans être jugée. Je voudrais être celle que je suis, entièrement.


P.

359 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon