• France P.

Soit forte France ... NON!

Mis à jour : sept. 4

Je n’ai plus de larmes… zéro niet nada zip! J’ai épuisé le stock de pleurs. Cette semaine, par exemple, ma femme et moi nous nous sommes rendues compte que nous nous étions distancées une de l’autre. J’aurais aimé pleurer, hurler de peine même tellement je me sens impuissante devant sa dépression, ses angoisses, ses recherches … mais je ne peux pas. Je ne peux plus verser de larmes, car elle se sont poussées de moi. Mes yeux restent secs même quand tout ce que je veux c’est de pleurer un bon coup pour faire sortir mes émotions.

J’aimerais tellement pouvoir lui dire que je comprends sa tristesse et ses inquiétudes. J’aimerais tellement pouvoir pleurer avec elle pour lui faire comprendre que je l’aime. Mais on dirait que les émotions m’ont doucement quittée. Je n’ai plus la force. Comme si, à chaque fois où je dois être «forte », je recule un peu plus. C’est la deuxième année de suite où je dois être la personne forte … et je ne veux plus l’être. Je n’ai plus le goût d’être forte pour tout le monde sauf moi. Je veux pouvoir hurler de rage, de douleur et de terreur. Je veux pouvoir pleurer ma peine à plein poumons.

À chaque nouvelle tuile sur ma tête d’actrice de téléNovella (Une téléNovella, c’est un soap opéra, mais à la mode hispanique et c’est ULTRA kitch!), je prends du recul dans mes émotions et je m’enferme. Je cache encore davantage comment je me sens vraiment. J’enfouis mes sentiments aussi loin que je le peux, car ça fait mal… trop mal! Je n’ai plus la force de me battre et d’encaisser les coups. Et pourtant! Je suis encore et toujours là. Je dois avoir une tête de cochon assez solide pour ne pas m’être encore écroulée.

Comment je me sens à force d'être forte

Ma vie a toujours été un chemin bourré de péripéties plus folles les unes que les autres. Mais à 33 ans, j’aurais aimé que tout se calme. J’aurais aimé pouvoir profiter de ma femme et de mes enfants en ayant la tête tranquille sans m’inquiéter pour l’argent, le temps, les crises d’un ou l’autre. J’aurais aimé à 33 ans être moindrement équilibrée mentalement. Mais «I guess» que ce n’est pas possible. Qu’atteindre ce but va me prendre encore quelques années et beaucoup d’argent chez le psy.

Je disais à la blague l’autre jour à un collègue : Si je suis plus chanceuse que je le suis présentement dans cette vie, je m'étripe moi-même, car c'est injuste! Mais je dois avoir des trucs à apprendre de tout ce qui se passe dans ma vie. Reste à trouver quoi. Reste à trouver pourquoi je suis passée au travers de tout ça… Je sais simplement que si j'entends encore quelqu'un me dire: Soit forte France, je hurle! NON! Juste NON! Je suis tannée d'être forte pour tout le monde! Maintenant je veux que quelqu'un soit fort pour moi! Que quelqu'un d'autre prenne la place des épaules qui supportent tout! La paix s'il vous plaît!


«Anyway», ça ne se ferait pas aujourd'hui alors...

Bonne nuit tout le monde!

France P.

149 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon