• unetempetealafois

Santé mentale : Comprendre ses besoins

Après plusieurs tempêtes, ma santé mentale se porte enfin beaucoup mieux. Je vis une attitude équilibrée, un juste milieu. Pendant longtemps, les dépressions et les troubles paniques ont bousculé violemment les remparts de mon esprit. Le mental, trop sollicité pour tenter de trouver un soulagement, devenait un terrible ennemi.


Quand on parle de santé mentale, on fait justement référence à tout ce qui se passe dans la tête. Avec le temps, la médication et la guérison, je comprends que la souffrance mentale est d’abord liée aux souffrances du cœur. Besoins trop souvent négligés, refoulés, inassouvis, la détresse s’exprime en maux, en perturbations de l’esprit.


Aujourd’hui, je prête une oreille attentive à mes manques, mes désirs de l’âme, mes priorités absolues. Je tourne mon écoute vers l’intérieur. Pour moi désormais, c’est ce qu’il me faut satisfaire pour vivre en paix avec mes émotions. Lorsque je ressens de la joie, de la tristesse, de la colère, de la peur, je regarde derrière ces émotions pour comprendre ce qui a besoin d’être entendu. Et le message à recevoir est toujours pertinent.


En bref, les besoins de tout être humain sont :

– le besoin de sécurité

– le besoin de stimulation

– le besoin affectif ou social

– le besoin d’estime et de reconnaissance

– le besoin d’autonomie

– le besoin de sens, de cohérence


Les émotions quant à elles, se déclinent en plusieurs subtilités :

Joie : Amusement, gratitude, enthousiasme, émerveillement, sérénité

Tristesse : Déception, souci, chagrin, vide, abattement, peine, désespoir

Colère : Impatience, contrariété, énervement, agacement, irritabilité, furie, rage

Peur : Crainte, anxiété, appréhension, inquiétude, terreur


Si je suis fière de moi, si je réussis quelque chose, je suis dans la joie… mon besoin peut être de partager cette joie avec d’autres, de célébrer.

Si je vis une perte ou une rupture, je suis dans la tristesse… mon besoin peut être de vouloir être réconfortée, de m’isoler pour me guérir.

Si je vis un sentiment d’injustice, d’impuissance, je suis dans la colère… mon besoin peut être de pouvoir m’exprimer, d’être entendu.

Si je vis une menace pour mon intégrité, si je suis en danger… mon besoin peut être d’être protégée, rassurée.


On peut donc se faire un journal d’humeurs ou d’émotions pour suivre à la trace nos ressentis et ainsi apprendre par différents moyens à y faire face. On se responsabilise surtout et on devient capable de s’auto-réguler avant que tout prenne une ampleur démesurée.

En parallèle, j’ai créé mon propre outil que j’ai intitulé «mes ressources de guérison». Je pioche allègrement dedans pour me donner des idées ou pour simplement m’accompagner vers ce qui me ferait du bien là, sur le moment. Il s'agit d'une très longue liste de gestes simples à poser qui ont des répercussions positives sur moi. Parfois, ce sont des méthodes d’appoint seulement, le temps de s’apaiser, de mieux se réconforter. D’autres peines peuvent requérir davantage de soins; les traitements doivent alors s’échelonner sur une plus longue période.


Quoiqu’il en soit, veillons toujours à nous donner toute la compassion possible, prenons tout notre temps pour bien guérir et donnons-nous toute l’attention nécessaire à notre rétablissement car c’est le travail de toute une vie!


Anonyme

219 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon