• Laurie

Intense à temps pleins!

Je suis la tante de 6 petits bouts de choux. J'ai un grand frère qui a deux charmantes petites filles de quatre et deux ans et une grande sœur qui s'est donnée le défi d'élever quatre bambins, dont certains sont déjà bien grands aujourd'hui.


Là, tu te demandes il est où le lien avec la santé mentale ? Le voici : Peu importe ce que je fais dans la vie, je ne le fais pas à moitié. Je suis une intense, une passionnée, une hypersensible. Les gens qui vivent avec un trouble de la personnalité limite vivent leur émotions dans le tapis. Quand j'hais, j'hais avec vigueur. Mais quand j'aime, j'aime passionnément, à la folie.


Mes neveux et nièces, je les aime comme s'ils étaient mes enfants. Je ne les aime pas juste un peu, là. Je les mangerais tout cru tellement je les aime. (Je n'ai jamais compris d'où venait cette expression, c'est très louche, mais elle me fait rire).


Ma sœur étant ma voisine, je suis bien plus souvent dans son salon que dans le mien (Traitez-moi de matante collante, moi, je me considère comme une matante dévouée). Et dernièrement, j'ai dû y apporter ma valise et y passer quelques nuits. En fait, j'y dors encore au moment d'écrire ces lignes. La petite dernière de 10 mois seulement a été hospitalisée à Sainte-Justine. Rassurez-vous, elle va très bien maintenant. Mais sincèrement, c'est l'angoisse la plus invivable que j'ai eue à traverser de toute ma vie. Pourtant, en tant que TPL, j'en ai vécu de la colère, de la tristesse, de la douleur et de l'anxiété. Rien ne se compare aux derniers jours.


Le sentiment d'impuissance est, je crois, le pire sentiment de tous les temps. Je l'avais déjà ressenti lorsque le plus vieux se faisait écœurer à l'école. J'avais eu le goût de me pointer en classe et d'intimider le p'tit criss à mon tour. Pas mature, tu vas me dire ? Ben c'est parfois ça, l'impulsivité du TPL.


Mais là, un bébé à l'hôpital... J'aurais fait un pacte avec le diable, je pense, s'il avait fallu.


Ben oui, intense de même la fille. Je veux même pas penser aux idées qui sont passées par la tête de ma sœur, qui elle, est la vraie mère de cet enfant-là.


Mais tu sais, être intense, c'est loin d'être toujours un défaut. Bon, ça m'a occasionné quelques dépenses inutiles et coûté quelques heures de sommeil perdues à jamais. Mais ça m'a apporté tellement plus, au final. Même cette histoire de maladie, ça m'a permis de prendre un peu de recul et de redéfinir mes priorités. Ça m'a permis de réaliser qu'on s'en fait pour des niaiseries tellement trop souvent dans la vie.



Je finis en te rapportant les sages paroles de ma mère ; « On a les qualités de nos défauts».

Quand tu vis avec une santé mentale fragile, tu as souvent l’impression d’avoir 1001 défauts. Tu te mets un poids de fou sur les épaules et tu te juges parfois (souvent) toi-même. Tu ne devrais pas. À partir de maintenant, tu peux prendre ça smooth. Parce qu'avoir 1001 défauts veut aussi dire que t’as également 1001 qualités!


Laurie.

381 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon