• Julie

#Restezchezvous

Êtes-vous au courant? On est en pandémie...


Les réactions varient selon à qui je parle. Certain(e)s travaillent comme des fous et n'ont pas 2 secondes pour penser, quelques uns me donnent l'impression que leur vie n'a pas changé et d'autres ne sont plus capables d'être dans la maison.


Je ne pense pas que ça va m'arriver un jour. Je ne suis pas la clientèle cible du #Restezchezvous. Je suis sortie de la maison, prendre un café avec 2 amies le 15 mars. La fois suivante, le 12 avril, pour saluer, à 6 pieds, la grand-mère de mon conjoint. J'ai été prendre une fois une marche entre ça. Du 12 avril à aujourd'hui ça se ressemble pas mal...


Je suis introvertie. Je recharge mes batteries quand je suis seule, les décharge quand je suis avec d'autres. Quand je vous entends dire : "Je ne suis plus capable, j'ai assez hâte de sortir de chez nous!!", je ne me vois pas comme différente, c'est vous autres qui êtes «weird»!


#Restezchezvous certain! Pourquoi aller ailleurs? Je suis si bien chez nous!


Pour moi, mon quotidien n'a pas vraiment changé, car je travaille de la maison. Mon conjoint est celui qui fait les emplettes. Il est celui qui subit le risque.


Il y a 3 ans, suivant la mort de mon ex beau-frère dans un accident de voiture, je craignais sans cesse que mon conjoint, ou quelqu'un que j'aime aie un accident de voiture. Aujourd'hui, après avoir subi une erreur médicale l'an dernier, j'angoisse à l'idée que quelqu'un puisse être atteint de la Covid-19.


Malgré que je sois bien chez moi, malgré que je n'aie pas besoin et n'aie pas envie de sortir, le fait de ne pas être exposée au "quotidien de pandémie" me donne l'impression de vivre dans une bulle. Et cette bulle, elle me protège de mon anxiété. Par contre, quand soudainement je roule à moto (passager, toujours) et que je vois un arc-en-ciel, tout devient vrai. Ce n'est pas un rêve, ce n'est plus distant de moi, c'est vrai.


Mon cerveau fait un excellent travail pour compartimenter, tellement que mes réactions/émotions, en opposition sont frappantes.


Assise à moto, à regarder l'arc-en-ciel dans la fenêtre, j'ai les yeux pleins d'eau, le cœur gros et l'anxiété dans le tapis. Ça dure quelques minutes, et ça disparaît. J'ai peur de mourir. J'ai peur que quelqu'un que j'aime meurt. J'ai peur de souffrir. Pis j'haïs ça brailler et je suis tannée d'avoir peur.


Heureusement, ça ne dure pas trop longtemps, jusqu'à la prochaine fois. #Jesuidoncbiencheznous

Julie.

182 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon