• Victor

Rendre visite à son ami...au columbarium

C’est fou David, ça fait déjà 10 ans que tu as choisi de quitter ce monde. Nul ne sait trop pourquoi et ne le saura jamais. Oui, j’aimerais venir te voir plus souvent. Je vais essayer, mais c’est dur à chaque fois. Ça me fait vivre pleins d’émotions que j’ai bien de la difficulté à gérer sur, et après coup.


Quand je pense à toi, je pense à moi. La mort fait partie de la vie et moi je choisis chaque jour de continuer à la vivre, ma vie. Parce que oui, en quelque sorte, quand on pense à ça, c’est un choix inconscient qu’on fait chaque matin, mais surtout, chaque soir en déposant la tête sur l’oreiller. En plus, les borderlines comme moi, on est plus propice à ça, les suicides.


Tsé David, je souffre beaucoup ces temps-ci. Je sais cependant que je ne suis pas le seul. Venir te rendre visite est une sorte de thérapie pour moi. Me rappeler que même si je souffre, bah je suis en vie. C’est con non, je t’en parle et j’en ri ironiquement.


Je me demande bien ce que tu penserais de moi. Serais-tu fier de moi, de l’homme que je construis au fil des ans? De mon évolution. En une décennie, j’ai eu le temps de finir un baccalauréat, j’ai été amoureux, j’ai vécu des peines d’amour, j’ai voyagé, j’ai ri, j’ai bu, j’ai fait confiance, j’ai été déçu. Surtout, j’ai été diagnostiqué TPL et ça, j’aurais aimé que tu le saches de ton vivant. On se comprenait bien, mais tu me comprendrais encore mieux, parce que moi, moi je me comprends mieux.



La beauté des petites choses

Dans la vie il n’y a rien à comprendre. On habite sur une genre de grosse roche en orbite qui tourne sur elle-même et tourne aussi autour d’une grosse boule de chaleur. On a un cœur qui bat et qui amène de l’oxygène à notre cerveau. C’est compliqué tout ça. Ça explique sûrement en partie pourquoi c’est important de ne pas trop se poser de questions et de profiter de chaque jour, avec le regard d’un enfant. De ne pas gaspiller les 24 heures qui nous sont allouées, données en cadeau, même!


C’est ce qui fait la beauté des humains, parce que pour donner un sens à sa vie, on s’accroche aux valeurs. La famille, l’amitié, la découverte, la convivialité, l’émerveillement, le respect. À tous ces moments, occasions et activités que j’aimais faire avec toi et dans lesquelles je sentais qu’on se rejoignait.


L’amour ça ne s’explique pas, ça se ressent. Ressentir c’est difficile. Il y a la joie, le bonheur, mais comme la vie est une question d’équilibre, il y a aussi les peines, la colère, toutes ces choses que je ressens plus fort que les autres de par ma condition. Mais je gère. La vie nous envoie les épreuves que l’on est capable d’encaisser. Je suis résilient en tabarn*k mon ami.


J’ai de doux et beaux souvenirs avec toi. Je m’y attache, car je ne peux plus en construire d’autres de nous. Quand je me sens moins bien, je pense à toi, tu m'accompagnes, tu marches à mes côtés. Je ne t'oublie pas, maudit que tu me manques.


Victor.

105 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon