• Laurie

Quand la tempête laisse place à la tornade!

Mis à jour : sept. 5

L'avant-dernière semaine, je l'ai passé à pleurer. Ayant les hormones dans le tapis, j'ai joué à la victime telle une diplômée du conservatoire d'art dramatique de Montréal. Rien ne fonctionnait à mon goût, et c'était la faute de tout et tout le monde, sauf moi. J'ai même eu le temps de faire une petite crisette le vendredi soir. (Les crisettes, se sont probablement des chicanes «normales» pour les non-TPL :p )


S'en est suivi un 24-48 heures de culpabilisation, de honte et d'anxiété. Je me sens mal d'avoir agis ainsi, j'ai peur que ça aie un impact sur mes relations et donc, j'ai passé mon samedi et mon dimanche à demander à mon chum s'il m'aimait toujours, s'il m'aimait autant et s'il m'aimait malgré.


Mais quand tout ça fût derrière moi... Watch out! Je suis devenue une genre de super women. Je suis super productive. Autant physiquement que mentalement. C'est à dire que je m'occupe de la maison, du terrain, du blogue, de mon chum et de mes chiens. Et à travers tout ça, je m'occupe aussi de moi, et je le fais bien. Je me couche tôt, je me lève tôt. Je me prépare des smoothies à mon goût, je prends des bains à la chandelle et je laisse ressortir mon côté poupoune (je me crème le body au complet, je fais mes ongles, pis même des petits masques capillaires). Je ne flâne pas en ressassant de vieilles pensées toxiques, comme je peux le faire par moment. Je ne m’apitoie pas sur mon sort.


En fait, c'est surtout ça l'ironie de mon trouble de personnalité limite. Autant, par moment, je suis fâchée contre la vie que ça me soit arrivé à moi, je pleure et pense que je n'arriverai jamais à m'en sortir et à bien travailler sur moi-même... Autant, d'autres moments, j'ai une confiance en moi absolue. Je sais que je vais y arriver. Et j'y crois tellement fort que pendant de longues périodes de temps, je suis l'être humain le plus hot de la Terre.


Depuis un peu plus d'une semaine, je suis cette humaine fantastique. La maison est propre, les commissions sont faites dans les temps, j'entretiens fabuleusement mes relations amicales et ma relation amoureuse et je suis au petit soin avec la personne la plus importante de ma vie, MOI.


Je n'ai aucune idée de la durée de cette période. Vivre avec un trouble de la personnalité limite, c'est vivre une vie en montagnes russes. C'est avoir une image de soi qui peut changer radicalement du positif au négatif. Heureusement, elle change à l'inverse aussi, soit du négatif au positif. Je vous mentirais si je vous disais que je n'ai pas peur d'éventuellement tomber. Mais j'essaie de mettre cette pensée nocive loin dans le fin fond de ma tête.


Et à la place, je profite! Je profite de la douce odeur de chandelle quand j'entre dans ma maison. Je profite de la douceur de mon corps et du sentiment de se sentir belle. Je profite de ma bonne humeur contagieuse et des sourires qu'elle provoque chez mon amoureux. Je profite de la belle vue que m'offre mon immense terrain de campagne. Je profite de la réussite de mon blogue et des beaux messages que vous m'envoyez.


Je profite...


Laurie.

440 vues1 commentaire

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon