• France P.

Quand la noirceur envahie ta femme

Mis à jour : sept. 4

Je suis prisonnière depuis un mois dans mon appartement. Depuis un mois, nous sommes les enfants, moi, ma femme et sa dépression, dans les mêmes quatre murs. Depuis un mois que je vois ma femme mourir à petit feu sous la dépression et que je vois sa bonne humeur partir de plus en plus. Elle ne peut même plus sortir du lit. Pourtant elle a toujours refusé d’aller consulter. Elle a toujours dit non pour aller voir un médecin. « Voyons France, les antidépresseurs ne feront rien pour moi et ils ne me garderont pas. » Pourquoi alors ça fait 4h que tu es là? Pourquoi ça fait 4h que tu es partie en ambulance, escortée par 2 policiers?

La dépression de ma femme est comme une entité vivante en elle-même. Et elle prend de la place cette entité-là. J’ai toujours eu une personne forte et fière comme conjointe, mais depuis un an … j’ai une personne faible et peu sûre d’elle. Depuis un an, j’ai une personne qui ne sait pas où se «pitcher» pour être heureuse et, aujourd’hui, ça été la goutte de trop. « Je ne sais plus comment avoir du bonheur, je n’ai plus de bonheur. Ma vie est horrible. Fuck life! » Juste là, j’ai su. Dépression a pris la place sur Bonheur et Dépression est trop forte pour que les médicaments fonctionnent, que ta volonté soit assez forte. Encore une fois, je vais être la personne forte et appeler de l’aide pour toi.

On est rendu le lendemain, voir même quelques jours plus tard et la poussière est retombée. Tu es de retour en maladie. Je vois maintenant ton sourire et le goût de vivre réapparaître tranquillement. Je ne sais pas ce qui s’est passé pour toi là-bas, mais ça semble t’avoir ébranlée. Tu sembles avoir repris goût à la vie et avoir fait le ménage de ta tête. Tu sembles avoir fait le tri dans tes émotions négatives. Tu as même repris de l’énergie pour m’aider dans la maison. Mais combien de temps cela va durer? J’ai peur que tu retombes, love.

Je sais, mon amour, que la dépression est une bête vicieuse. On se connait bien, elle et moi, avec le temps. Mais je ne croyais pas quelle t’affecterait autant. Je ne croyais pas que mon amante des dix dernières années deviendrait ton amante à ton tour. Je ne croyais pas qu'elle s'éloignerait de moi pour aller t’envahir à ce point-là, pour te détruire à petit feu. Je ne pensais vraiment pas que tu serais autant atteinte par sa noirceur. J’espère vraiment maintenant que tu vas réussir le divorce. Je souhaite que tu réussisses à avoir le dessus sur elle et que notre équilibre familial revienne un peu. J’en ai besoin maintenant.

Mais pour le moment, attaquons le ménage de tes émotions et remplissons les papiers pour que tu divorces de cette dépression.

Bonne soirée,

France P.

492 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon