• La fougueuse

Petite accalmie


Aujourd'hui, j'avais envie de partager avec vous mes bons coups du moment, parce que oui, même avec un problème de santé mentale, nous aussi on en a des bons moments. Je trouve qu'on oublie souvent de souligner ces périodes d'accalmie, aussi courtes peuvent-elles être.


Alors, comme je le disais dans un précédent post, j'ai fait un retour à la médication, avec une nouvelle molécule, il y a de cela quelques semaines, cinq mois après avoir arrêté la molécule précédente. Ma vie depuis a été chevauché de nombreuses montagnes russes. Je ne vous mentirais pas, l'arrêt de la médication a été terrible mentalement et physiquement, j'ai tout de même eu une petite accalmie où ça allait sensiblement bien, ensuite je suis retombée presque aussi bas qu'avant le début de toute médication en 2015. J'ai beaucoup appris de cette expérience malgré tout. En ce moment, ça va bien et je sais que je ne dois plus vouloir arrêter la médication dès que ça va bien. Je prends un autre type d'anti-dépresseurs de la même famille, mais cette fois-ci, je me sens bien sans sentir que mes émotions sont gelées en permanence. Mon humeur est régulée et surtout, cette médication aide grandement à diminuer l'anxiété.


C'est drôle, mais c'est comme si j'avais oublié comment c'était de se sentir «normal». Tu sais, ne pas avoir d'anxiété pendant la majeure partie de ta journée. Mon ancienne médication m'aidait à ce niveau, mais j'ai fini par trouver que cela me donnait un sentiment d'être trop médicamentée, émotions neutres, vraiment déconnectée de la personne que je suis.


Je regarde le chemin parcouru ces derniers mois en thérapie, les effets secondaires du changement de médication, tous les changements dans ma vie et ouf que je me demande comment j'y suis arrivée. Le travail sur soi, ça prend du temps, de la patience et beaucoup beaucoup de lâcher prise. Le vrai travail en profondeur, c'est douloureux et difficile, mais tellement payant. J'ai tellement perdu d'années à travailler en surface, à prétendre, à refouler mes émotions. Je n'ai pas ressenti ce sentiment de paix intérieure depuis longtemps. Je tente de rester positive, parce que je sais que l'anxiété vient avec beaucoup de hauts et de bas, même chose pour les obsessions de pensée qui viennent avec le trouble de personnalité.


Si vous souffrez en silence, demandez de l'aide, c'est le plus beau cadeau que vous pouvez vous faire.


La fougueuse.

181 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon