• France P.

Ne cris pas s'il te plaît

Mis à jour : sept. 5

Voila, c’est fait, j’ai plié. Mon petit homme prend maintenant du Biphentin (dans la même famille que Ritalin) pour l’aider avec sa concentration. Ma petite bête de 6 ans et des poussières prend maintenant une pilule le matin avant l’école pour être plus concentré. Pour le moment, je n’ai que du positif de tout ceux qui connaissent mon fils. Sa marraine me disait même tantôt que la différence est énorme et que ça doit faire du bien à coco. Que petit homme doit avoir un temps plus facile à l’école ou au karaté. La réponse est oui. Oui c’est plus facile à l’école, au karaté, en sortie… mais pas à la maison de soir.


À l’école, je ne reçois plus de message pour me dire que fiston court dans la classe ou lance des légos comme si c’étaient des confettis. Au Karaté, il ne se fait plus rappeler à l’ordre au deux minutes. Rendu à la maison, toute cette belle énergie là n’est plus canalisée. C’est un peu comme s'il avait gardé tout le surplus qu’il aurait mis n’importe comment dans la journée et nous le balance en pleine face le soir. Si je déroge de sa routine d’une petite mini chose (comme de mettre son manteau directement sur sont Karategui au lieu de se changer) j’ai droit à des coups, des hurlements, des morsures. Ce week-end, il a même essayé de briser mes lunettes.


J’en suis presque rendue à garder mon fils dans la maison à temps plein tellement j’ai peur d’une crise en public. J’ai peur de me mettre à pleurer, à hyper-ventiler. Vous auriez dû me voir samedi. J’avais la tête sur l’auto et je pleurais en paniquant. Une chance que personne ne me voyait, j’aurais paniqué encore plus et m’aurais auto-insulté… Je déteste me sentir une mauvaise mère comme ça. Je ne suis pas capable de garder mon calme quand mon fils ne va pas bien et pour rajouter à la crise, je panique, j’angoisse et je perds tous mes moyens. Je deviens comme dans un tunnel où la seule sortie est un 6 ans qui ne crie plus, ne parle plus et ne fait plus de son. Je ne veux ni attendre, ni comprendre. Je ne veux pas être sa maman quand il fait une crise. Non, je veux juste que tout arrête. Je ne suis pas assez forte pour être sa maman pendant une crise.

J’aimerais être forte. J’aimerais avoir une bonne santé mentale et résister aux crises sans ne pas moi-même tomber en crise en même temps que lui. Mais je ne suis qu’une maman. SA maman à lui! Je vais faire de mon possible pour l’aider avec son TDAH et ses crises. Sans me perdre, sans paniquer, sans hurler de terreur devant le bruit et la violence de ces cris. Je suis une maman, SA maman. Et juste ce nom me donne la force de continuer à supporter mon petit bonhomme sourire.


Miss F.

259 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon