• Andréa

M'offrir la vie pour mes 18 ans

Mis à jour : août 27


Et voilà! Aujourd’hui, j’ai 18 ans.


J'ai franchi le cap de la majorité et je ne peux plus compter mon âge sur le bout de mes doigts depuis huit ans déjà.

Cela fait exactement 6570 jours, 938 semaines, 219 mois et 157 680 heures que je suis sur Terre.

Il me semble que les dernières années ont passé en coup de vent, que je les ai à peine vues défiler. Les souvenirs de mon adolescence si proches semblent pourtant si lointains.

Je regarde mes photos de mon début d'adolescence et je constate la beauté de mon sourire et du bonheur qui s'en dégageait. Je suis nostalgique en pensant au melon d'été que nous dégustions à deux, à mes promenades en bicyclette les cheveux dans le vent, à mes promenades en automobile, une crème glacée à la main, et à mes baignades dans les lacs près des montagnes. Il me semble qu'à présent, mes genoux sont éraflés, mes yeux vident toute la peine de mon corps.


En un clin d’œil, je suis passée de la jeune fille de 14 ans à la femme de 18 ans qui tente de devenir indépendante et de se reconstruire malgré son passé sombre.

C'est mon anniversaire et, pourtant, je ne me sens pas plus festive que d'habitude. Ce matin, je me suis encore réveillée avec une boule dans la gorge, l'anxiété au ventre. Chaque anniversaire est une journée très difficile et haute en émotions. Au lieu d'être contente, j'ai la peur au ventre de vivre. Je suis dans l'incertitude du futur et c'est plus fort que moi. Alors cela m'empêche chaque fois de profiter pleinement de ce moment. Je trace mon chemin en laissant la vie faire, en saisissant les opportunités à ma portée, mais je ne sais pas ce que sera ma vie lorsque d'autres années se seront ajoutées au compteur.


Aux yeux de la loi, je ne suis plus une enfant, mais bien une adulte. Or, j'ai de la difficulté à ne pas me faire du mal, donc je me vois difficilement prendre soin de moi-même. Lorsque je fais un bond dans le passé, je réalise que jamais je n'aurais pensé que ma vie prendrait une telle tournure. À bien y penser, on ne sait jamais vraiment ce que la vie nous réserve. Ma santé mentale a chuté à l'âge de 15 ans. Pour la première fois, j'ai fais face à des tendances suicidaires, à la dépression, à l'anxiété, etc. Jamais je ne pensais que ça me prendrait autant de temps pour me relever, car, à 18 ans, je ne m'en suis pas encore remise.


J'ai perdu beaucoup de temps à souffrir et j'ai perdu de précieuses années de ma vie.


Aujourd'hui, je ne veux plus être la fille borderline, dépressive, anxieuse, dépendante affective ou suicidaire. Aujourd'hui, je suis Andréa et c'est ma journée. Aujourd'hui, je vais m'aimer, me féliciter d'être encore ici, d'être restée forte et de ne pas avoir choisi la voix facile, soit d'abandonner.


Quelques temps plus tôt, j'ai pensé m'enlever la vie la journée de mes 18 ans. Quelques temps plus tôt, j'ai commis des gestes qui m'ont fait du mal. Deux semaines plus tôt, j'ai été hospitalisée en psychiatrie.


C'est pourquoi, pour mon anniversaire, cette année, je m'offre la vie. J’ai décidé que j'ai le droit de vivre et d'être heureuse comme n'importe qui. Moi aussi, j’ai le droit à une thérapie pour prendre du mieux; moi aussi, j’ai le droit à une seconde chance.

Je sais qu'il n'y en aura pas de facile, que j'ai perdu des personnes, du temps et des choses qui sont irrécupérables. Mais je sais aussi que ma vie ne peut pas se terminer de sitôt. Je ne peux pas partir maintenant alors que j'ai tant à découvrir.


Je suis terrifiée, mais, cette année, je décide de m'offrir la vie pour mes 18 ans.


-Poète à l'eau de rose.

185 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon