• Andréa

M'aimeras-tu pareil ?


Quand on a un problème de nature physique comme la sclérose en plaque ou le diabète, on ne se sent pas obligé de l’aborder dès nos premiers contacts. Une personne ne te blâmera jamais pour avoir contracté le cancer, car tu ne l’as pas choisi. Ton corps l’a développé et tu n’y peux rien. À partir de cela, ton seul pouvoir est de traverser le pont, celui de la guérison.

Or, il semble que c’est différent avec la santé mentale. Si une personne ne rentre pas au travail un matin, car son corps semble l’abandonner, on va blâmer l’employée et non la dépression. Pourtant, ça arrive que ce soit incontrôlable tout comme les maladies physiques.

Lorsque je rencontre une autre personne, je crains déjà son départ. Je suis terrifiée à l’idée que cette personne découvre ce qui se passe dans ma tête, ce qui se cache sous ce visage angélique.

Et si je te disais qu’il m’arrive de ne pas dormir la nuit, car les larmes perlent sous mes yeux et que ma tête est remplie.

Qu’il m’arrive de passer des nuits à l’hôpital, car je crains pour ma sécurité lorsque je me retrouve avec moi-même.

Que j’ai peine à aller au centre commercial par peur des regards des autres.

Que j’ai peu d’ancrages à la vie, que j’ai peu de gens sur qui compter.

Et si je te disais que je suis malade, mais que c’est mon âme qui est brisée.

J’ai un trouble de la personnalité limite, mais non, je ne suis pas manipulatrice.

J’ai un trouble panique, mais non, je ne m’empêche pas d’aller dans des parcs d’attractions.

J’ai une phobie sociale, mais oui, je côtoie tout de même des gens.

J’ai un trouble de l’attachement, mais non, je ne te ferai pas de place dans ma vie si tu ne me traites pas dignement.

Ce ne sont que des stéréotypes. Je suis tout de même un être humain et je vis.

J’espère que tu m’aimeras comme je le mérite, car ma maladie ne me définit pas. J’espère que tu me respecteras comme autrui, car je ne suis pas différente d’une autre personne. J’espère que tu verras ma valeur en dépit de mes failles.


Andréa.

374 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon