• P.

Lettre ouverte : ne m'abandonne pas

Mis à jour : sept. 5

Ne m'abandonne pas.


Je n'ai rien de spécial. En fait, même, je suis plutôt chiante. Je passe mon temps à pleurer, à être anxieuse, à être en colère, à avoir profondément peur, à faire des crises d'angoise. J'exprime toujours tout ce que je ressens, et c'est rare que c'est positif. À la longue, j'épuise les gens, je leur suce de leur énergie. Dès qu'ils se rendent compte que je suis toxique, ils me fuient, et je les comprends. Si je le pouvais, je me fuierais moi-même. Tu comprends donc que je m'attends à ce que, tôt ou tard, quand tu te rendras compte de ce que je suis réellement - une crisse de folle - ou bien que tu te serras lassé de moi, tu me laisseras toi aussi.


Mais je t'en supplie, ne m'abandonne pas. Je ne sais pas ce que je ferais si tu pars. Ce serait un coup de poignard droit au coeur si tu m'annonçais que tu n'en peux plus, et que tu avais trouvé quelqu'un d'autre de mieux que moi, de plus stable et plus jolie que moi. Je ne le supporterais pas de me faire rejeter comme si j'étais un jouet défectueux.


Je suis prête à tout pour que tu restes. Au fil du temps, j'ai appris à ouvrir mes jambes, que je le veuille ou non, pour donner ce qu'ils recherchaient, et les retenir plus longtemps. J'ai appris à encaisser les coups, les mots durs et les reproches ; j'ai appris à dire les bons mots, à me taire, à sourire et à être la vierge-salope parfaite. Mon corps ne m'a jamais appartenu ; je te l'offre pour que tu restes.


Tu sais ce qu'on dit : ne sort jamais avec une borderline, ce sont des folles. C'est vrai que je suis folle. Je suis instable, incapable de me contrôler. Je vais te suspecter de ne pas m'aimer et de me tromper, de désirer toutes les personnes que tu vois. Je vais t'en vouloir si tu parles avec d'autres, si tu n'es pas là quand j'arrive, ou bien si tu ne réponds pas immédiatement à mes textos. Je vais dépasser les bornes plusieurs fois : te stalker sur Internet et te crier d'aller baiser ton ex, parce que c'est clair que tu l'aimes encore. Je vais ramasser toutes les preuves possibles que tu ne veux pas être avec quelqu'un comme moi, et je vais te mettre hors de toi pour te forcer à partir. Je vais faire de ta vie un enfer pour que tu me quittes, parce que je suis incapable d'accepter que quelqu'un reste proche de moi. Lorsque tu seras sur le point de partir, sur le bord de la porte avec tes valises dans les mains, je vais te supplier de rester, de ne pas m'abandonner. Je vais te jurer que ça ne se reproduira plus et que je vais trouver de l'aide, que je ne sais pas ce que je ferais si tu partais.


Je sais, je suis la pire. J'essaie si fort de ne plus être aussi intense. J'ai tant lu sur le trouble de personnalité limite, j'ai tant consulté de psychologues et de psychiatres, j'ai tant essayé tous les excercices possibles. Malheureusement, je le suis encore.


S'il te plaît, malgré tout, ne m'abandonne pas.





P.



500 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon