• unetempetealafois

Les images

Il n’est jamais facile de faire le constat de ne pas être assez forte.

Pas assez forte, mais par rapport à qui, à quoi ?

Probablement à l'image que l’on se fait de soi-même…puisque bien souvent les gens qui nous entourent, qui nous aiment, eux nous voient plus forts que nous-mêmes….

Il reste qu’au fond de nous, nous ne sommes pas là où l’on voudrait être…

Il y a quelques années, « mon disque dur » était plein…je suis tombée.


C'est l'image que j’ai donnée, ce sont les mots que j’ai dû dire à mes 5 enfants, 16, 15, 11, 6 et 6 ans.


Ce sont des mots qui nous ont été profitables, qui nous ont permis de grandir ensemble, d’apprendre une autre façon de faire...avec une maman abîmée…


Mes enfants, mon homme, mes parents, mes amies et bien d’autres personnes ont pu me renvoyer que cette réalité que j’ai dû vivre leur a permis de grandir, de devenir meilleurs eux-mêmes, d’apprendre de façon bienveillante la vie..autrement, et le tout entouré d’amour…


Il reste qu’à chaque fois que j’entends les paroles d’une chanson des 2 frères ...


« J'm'étais promis d'me battre

Et d'pas nous abandonner

Mais depuis que'qu' temps, j'en arrache

J'me sens les bras tombés »


... Les larmes me montent aux yeux, je me dis que je n’ai pas tenu ma promesse de maman, que j’ai manqué à mon devoir de base de les accompagner, et pas l’inverse….



Ce n’est pas rationnel, ce n'est pas ce que je dirais à ma fille, à mes amies, à mon homme…mais c'est ce que je sens au fond de mon cœur, de mon être.


La pandémie me renvoie dans cette situation..celle de ne pas être à la hauteur pour eux.

Celle de ne pas avoir toutes les réponses à leur donner.

Même s'ils ont 6 ans de plus, qu’ils ne posent pas vraiment de question, qu'ils me regardent avec bienveillance et me renvoient à leur responsabilité à eux.

Je les vois quand même déstabilisés dans leur quotidien, d’élèves, d’étudiants, de jeunes adultes, de frères et sœurs qui se côtoient beaucoup plus, trop ? De citoyens qui essaient de s’adapter.

Il est évident que nous restons " maman" à vie.

C'est une place et un réel extraordinaire..et parfois tellement difficile.


Alors comme souvent, je me dis un pas à la fois, une demi-journée à la fois, une semaine à la fois et nous voilà déjà à plus de 10 mois de pandémie….

et tellement de petites victoires quotidiennes et d'images de ce qu’ils deviendront par la suite...si forts, si beaux !


J’aimerais tellement me voir comme je les regarde! Un jour peut-être ?

Pour le moment, j’ai repris il y a 4 mois une « béquille médicamenteuse » , trop dur….


Et pourtant les gens autour de moi me voient si forte. Dans leur regard, je vois une belle personne, très forte !

Mais pas encore dans mon cœur, dans mon être. Une image à la fois, je vais y arriver.


Anonyme

79 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout