• Laurie

Le très long et très lent processus de se choisir

Mis à jour : sept. 5

La vie met sur notre chemin des défis que nous sommes en mesure de surmonter et qui vont nous apprendre grandement sur soi-même. Je ne pensais pas qu'un de ces défis serait une personne. Et je ne pensais pas qu'elle m'apparaîtrait sous des airs de paradis.


Il y a quelques années, je suis tombée amoureuse d'une personne magnifique. Il était intense et passionné, tout comme moi. Mais nos ressemblances s'arrêtaient là. Et comme il était plein de qualités, je n'ai pas porté attention à nos différences. J'ai foncé tout droit, tête baissée, aveuglée par ce sentiment d'adrénaline qu'il me procurait.


Nous avons eu quelques confrontations, dû à ces maudites différences. Mais je l'aimais tellement que j'ai accepté. J'ai accepté que nous ne penserions jamais pareil. J'ai accepté qui il était vraiment. Mais au bout de quelques mois, mes réactions sont devenus incontrôlable. C'est là qu'on a fini par me diagnostiquer un trouble de personnalité limite. Comme j'avais pris la décision d'accepter nos personnalités opposées, il m'était tout naturel d'aller consulter et d'aller chercher de l'aide. Et de son côté, il a été très patient avec moi. Il m'a toujours épaulé et encouragé dans mes démarches, me laissant y aller à mon rythme.


Et j'ai fini par réussir. Réussir à me contrôler, réussir à ne plus crier, réussir à ne plus claquer de porte, réussir à ne plus faire mes valises inutilement, réussir à ne plus menacer de quoi que ce soit. Il y a une seule chose que je n'ai pas réussi. Je n'ai jamais réussi à ne plus être affecté émotionnellement par toutes ces fois où ses comportements allaient à l'encontre de mes valeurs. Je n'ai pas réussi à ne plus ressentir de colère à l'intérieur de moi. Et ce n'est que récemment que j'ai compris.


J'ai compris que ma très grande ouverture d'esprit a fait en sorte que j'ai accepté des choses que je n'aurais pas dû. Je comprend aujourd'hui qu'il y a une très grande différence entre «ne pas juger» et «accepter». Le jour où j'ai ouvert mes yeux, j'ai réalisé que ma souffrance émotionnelle et mes crises de colère n'étaient rien d'autre qu'un signal lorsque j'allais à l'encontre de mes convictions. Que finalement, je n'acceptais pas tant que ça.



Aujourd'hui, je remercie le ciel d'avoir eu des traits de personnalité limite. Même s'ils se sont transformés en trouble. Ça m'aura pris du temps, mais grâce à eux, j'ai fini par voir ce que je n'aurais peut-être jamais pu voir autrement.


Cette relation a été formidable. Je n'ai rien de mal à dire sur cette personne. Nous croyions que nous étions en train de nous aider, alors qu'en vérité, nous étions nous-mêmes la cause de ce besoin d'aide. J'avais mes problèmes, mais il avait les siens. Et à force de trop travailler sur mon TPL, on en a oublié le vrai travail qu'il devait faire lui aussi. Nous nous sommes «endurés» par amour, mais nous n'aurions pas dû. Je vous ai écris plusieurs textes vous démontrant toute la compassion dont il faisait preuve. Et c'était vrai. Il faut donner à César ce qui lui appartient. Il aura été un homme très important dans ma vie. Mais il aura aussi été mon plus beau défi... celui d'apprendre à me choisir moi et à me faire respecter.


Aujourd'hui, j'ai 30 ans, et je n'ai aucune idée de ce que deviendra ma vie sur le plan affectif. Je sais seulement qu'il n'en revient qu'à moi de diriger mes voiles.


Laurie.


(Une cage, bien qu'en or, restera toujours une cage)

893 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon