• unetempetealafois

Le narcissisme de l'un, la souffrance de l'autre

Il était fier de sa personne Confiant de ses succès et de ses atouts Il savait mettre en valeur ses faiblesses afin qu’elle y voit de la persévérance Son reflet dans le miroir lui plaisait Il utilisait la séduction comme arme fatale Il savait jouer, prétendait le contraire Il la voyait belle et intelligente, un trophée pour lui Il a vu en elle son désir bien enfoui d’aimer Et s’en est fait un défi à relever Il réussit un jour à percer, voir même perforer Sa carapace, son indépendance, toutes ses barrières Elle se sentait aimée, s’attachait tranquillement Elle croyait naïvement en une belle histoire naissante Pour lui le travail était accompli, il se savait gagnant, pourrait la mettre à profits Les semaines ont passées, dans une bulle ils se sont enfermés Une bulle dans laquelle le désir d’aimer plafonnait Une bulle dans laquelle chaque partie de l’un et l’autre qu’ils se découvraient ne faisait qu’alimenter leur bonheur Une bulle dans laquelle leur intimité se partageait, c’était sensoriel, magique Puis la bulle a crevée Il a crevé la bulle à coups de couteaux, voulant à tout prix en sortir La magie avait opéré, son narcissisme n’était plus comblé Il avait une autre femme à charmer, qui fuyait tranquillement vers la liberté Il devaient la rattraper, lui et son ego démesuré D’une bulle à l’autre il a vacillé, cherchant à tirer le meilleur chaque fois Fuyant chaque fois le pire lorsqu’une discorde se pointait le bout du nez Un jour venu, elle a réussi à crever la bulle Elle aussi à coups de couteaux Remplie de rage et de colère, Elle n’était plus le meilleur de ce que sa bulle pouvait offrir Elle ne se reconnaissait plus Avant l’impression d’avoir laissé dans la bulle toute sa personne D’y avoir caché quelques secrets bien à elle Une fois la bulle éclatée, sa personne et ses secrets s’éparpillaient dans le vide Après des nuits à pleurer et des jours à espérer Elle comprit qu’il ne pouvait pas aimer Qu’il était malade. Pas victime, mais malade. Sa maladie est dure à soigner, comment se faire aider quand on est aussi imbus de soi-même Comment guérir d’une maladie invisible aux yeux de celui qui la vit. Elle a reprit son chemin Elle se reconstruit une bulle Plus solide et plus intime Un jour elle y donnera accès à un homme qui ne pourra la percer et aura envie d’y rester Il partit dérouté, déstabilisé du manque d’attention Il était insulté et souffrant, mais d’une apparence trop confiante Il pleurait à moitié, juste assez pour qu’il y croit Au fond de son être il se sait malade, mais fait tout pour le nier


Anonyme


Parce que tout est question d'interprétation, de reflet.

344 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout