• La fougueuse

Le grand dérangement: Partie 1



Je me suis faite assez discrète ici ces derniers temps, je dois avouer avoir été pas mal prise à essayer de reprendre le dessus sur ma santé mentale. Je dirais que c'est pas mal ce qui définit mon année 2020 jusqu'à date: un grand dérangement. Beaucoup d'imprévus et d'événements inattendus, ça n'arrête pas disons!


Je me suis retirée un peu parce que je dois dire que j'ai eu et j'ai encore de la difficulté à me gérer, à gérer tous les changements qui se passent en ce moment, Covid en étant un oui, même plutôt un déclencheur de plusieurs autres.


Pour faire une histoire courte, disons que Covid et perte d'emploi ont apporté leur lot de stress, d'angoisses et de remises en question, comme tout le monde ça c'est sûr, avec un déménagement à des milliers de km par-dessus le marché. J'en suis encore à faire le tri et le ménage dans ma tête. Je ne vais pas vous cacher qu'il y a une bonne couche d'anxiété non productive là, mes amis! Ouf!


On dirait juste que quand une affaire arrive, un changement en amène un autre et j'ai vraiment de la difficulté à gérer ça. En dehors, ça l'air tout beau, mais en dedans, c'est pas trop beau, laissez-moi vous le dire. Bref, depuis ce fameux mois de mars (diabolique je dirais hahhahah), j'ai dû me trouver un plan A, B, C, D, afin d'étudier les possibilités qui s'offraient à moi. J'habitais à l'extérieur du Québec depuis quelques années et j'ai décidé de revenir un peu malgré moi. J'y songeais depuis quelques mois déjà, mais Covid a comme accéléré ça en vitesse 1000. Être loin de ma famille, l'angoisse de ne plus retrouver d'emploi où j'étais, l'angoisse que quelque chose arrive à des milliers de km et un bon nombre d'autres facteurs plus pratiques (budget, qualité de vie, etc), m'ont fait revenir avec mon copain, qui lui, n'est pas d'ici. Au final, je pense que c'est moi qui vit le plus gros choc culturel de revenir que lui de s'installer ici.


Tout cela, c'en est venu presque trop à gérer et j'essaie encore de ramasser tous les morceaux. Je déteste déménager. Je suis la fille tellement organisée SAUF pour les déménagements. Je suis partout et nulle part à la fois, trop éparpillée que rien n'avance, j'angoisse de ne pas avoir le temps de tout faire. J'espère me faire plus présente ici prochainement. Je ne ressentais plus trop le besoin ou l'énergie d'écrire récemment, mais ça revient.


Avec le déménagement, la fin de la thérapie est venue aussi, c'était prévu même avant depuis un bout déjà, ça été une excuse pour terminer plus tôt j'imagine.


Je suis contente de revenir, de ce que j'ai appris et découvert hors Québec (je vous laisse le plaisir de deviner où j'étais, j'aime garder le mystère un peu hi hi), du travail en thérapie que j'ai fait pour moi, sur moi. Je réalise la chance que j'ai eue d'avoir une équipe tellement incroyable pour me suivre et me faire progresser, mais revenir dans ses vieilles pantoufles amène son lot de défis aussi. Je pourrai vous en reparler dans un prochain post.


En attendant, si toi aussi en ce moment tu vis un grand dérangement, comme je l'appelle, prends du temps pour toi, pour te poser, pour revoir tes priorités et mettre ton bien-être en haut de ta liste.


La fougueuse.

102 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon