• Julie

Le drame, comme un lundi...

Assise à la table avec 2 nouvelles connaissances, Geneviève et France, nous nous rencontrons pour la première fois. On se raconte à chacune le résumé de nos vies pour apprendre à se connaître. La mienne, je la raconte maintenant machinalement, sans émotion presque, de la même façon que je l'ai racontée plus d'une fois aux intervenantes, travailleuses sociales, psychologues, en ajoutant parfois : "Attendez, c'est pas fini!".

En 2013, mon père est décédé. Il a passé 4 mois à l'hôpital. Le jour de ses funérailles mon travail m'appelait pour savoir quand je serais de retour, j'ai quitté. En février 2017, la mère de mon conjoint est décédée, celle qui était comme ma 2e mère. Je suis avec mon conjoint depuis 22 ans et j'ai habité 6 ans chez mes beaux-parents. En avril, ma sœur se suicide et ses enfants de 18-20-22 ans la trouvent. Son ex-conjoint et père des enfants meurt dans un accident d'auto en chemin. En septembre 2018, je subis une ligature des trompes par laparoscopie. On me retourne chez moi avec un trou sur la vessie causé durant l'opération. On m'admet aux urgences 24-36 heures plus tard. On m'enlève la vésicule biliaire à la vieille méthode (coupure de 10-12 po sur l'abdomen). On me donne mon congé mais le trou est encore là, je refuse et mon drain se remplit d'urine. On me réopère pour colmater le trou.

Crédit : Giphy, David Koblesky




Geneviève et France font la même chose. Tout à coup, je n'ai plus le monopole du drame. Je les écoute, tour à tour raconter leurs épreuves. Je n'ai plus le monopole de la résilience. Vous savez quoi? Ça fait du bien! Je ne fais pas si pitié que ça! Je ne suis pas de celles (ceux) qui s'apitoient sur leurs sorts, mais d'être entourée de femmes, fortes, étant capable de comprendre à quel point cela peut être difficile, la vie, parfois, c'était rafraichissant.

On s'entend, je ne souhaite de drame à personne, mais c'est difficile parfois pour moi d'être sur la même longueur d'onde que quelqu'un pour qui sa plus grande épreuve fut la mort de son rappeur préféré.

Aujourd'hui, j'offre mon oreille parce que d'autres femmes comme moi se disent que personne ne les comprendra. On est plus que vous le pensez. Des drames, il y en a, beaucoup, tout comme des lundis.



Julie.

256 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon