• Andréa

La peur de la solitude


Lorsqu'on a un trouble de la personnalité, il arrive souvent qu'il s'accompagne d'un autre. On appelle cela des comorbidités. En plus de mon trouble de la personnalité limite (TPL), j'ai découvert récemment que j'ai probablement un trouble de la personnalité dépendante. Je le dis au conditionnel, car mon médecin ne veut pas émettre de diagnostic officiel puisqu'il n'en voit pas l'utilité. Selon lui, l'important est de cibler nos éléments sur lesquels on a besoin de travailler. Personnellement, l'attachement à une grande place dans ma psychothérapie. Dans un sens, ma peur de l'abandon a raison d'être.


Les troubles de la personnalité sont des catégories de caractéristiques communes qu'on a regroupé ensemble. Le but est de réorienter le traitement, mais ça reste seulement une étiquette, une façon dont notre personnalité s'est construite nous laissant avec certains mécanismes de défenses et réactions face aux problèmes de la vie courante. Mais cela ne veut pas dire que c'est moins difficile et souffrant.


En bref, le trouble de la personnalité dépendante est un besoin excessif d'être « pris en charge » (professionnels de la santé) et d'éviter la solitude.


Dans mon cas, je rencontrais quelqu'un sur les sites de rencontre et lorsqu'il partait, je me remettais tout de suite à la tâche de trouver une autre personne pour combler ce vide. Ce cercle vicieux m'était très souffrant, car je sentais souvent qu'on n'était pas avec moi pour les bonnes raisons et qu'on ne m'appréciait pas vraiment. Maintenant, j'essaie de concentrer davantage mon attention et mon temps sur moi-même, car je constate que c'est le seul endroit où mes efforts ne seront jamais perdus.



Je sais à quel point c'est souffrant lorsque c'est le soir, qu'on regarde l'horloge et on réalise que les autres sont probablement en train de fêter ou les couples en train de passer une belle soirée. Il ne faut pas oublier que les réseaux sociaux sont une façade et que ce n'est pas toujours aussi beau que ça paraît.


Suite à la publication de mon roman, une étudiante de ma technique m'a écrit pour me féliciter. Elle m'a aussi mentionné qu'elle se sentait exclue comme je le décrivais lors des fêtes. Dans ma tête, elle avait la vie si belle et pleins d'amis. Je n'aurais jamais pensé qu'elle aurait lu mon livre premièrement et, deuxièmement, qu'elle aurait partagé mon opinion. C'est la preuve que ce qu'on croit n'est pas toujours la réalité.


Je pense qu'il faut arrêter d'accepter n'importe qui dans notre vie par peur d'être seule. Je me suis souvent tournée vers des inconnus sur des sites de rencontres et j'ai constaté que je me mettais souvent dans des situations à risque d'abus.

Un pas à la fois, tu vas de plus en plus apprécier passer du temps avec toi-même. Lorsqu'on évite la solitude, on en devient effrayé et c'est la pire chose. N'oublie jamais que le meilleur projet sur lequel tu peux travailler est toi.






- Andréa



160 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout