• É.

La Chanson

Est-ce que ça t'est déjà arrivé d'écouter une chanson qui résonne dans tout ton intérieur?

Une chanson qui réveille tellement de choses en même temps que ça te déchire.

LA chanson qui te fait saigner par en dedans, mais que tu ne peux pas t'empêcher de l'aimer, car ça fait tellement de bien de se sentir représenter à quelque part dans notre fouillis?


J'avais le goût de te partager ma chanson. Celle qui m'a virée à l'envers et qui m'a fait me remettre en question.


«C'est fou d'connaître ton nom

Tu t'étais jamais présenté

T'es entré dans ma tête

Sans même enlever tes souliers»

Diagnostic, Roxane Bruneau


À ce moment-là, j'avais des frissons qui me traversaient le corps. Au complet. Des cheveux aux orteils. Car toi et moi, on le sait : je n'avais rien demander.


Je n'avais pas voulu laisser ma tête, mon corps, s'abandonner à ces crises, à ces pensées, à ces scénarios que je me faisais en permanence dans ma tête.


«Vite fait, à sec avec trois quatre professionnels

Aucun préliminaires

Dans ma tête à grands coups de scalpels»

Diagnostic, Roxane Bruneau


Ça, ça m'a rentré dedans. Comme une voiture qui fonce dans un mur.

Je ne pouvais pas croire que trois lignes pouvaient aussi bien résumées comment s'est passé mon diagnostic, comment s'est passé la façon dont je me suis sentie à l'hôpital : brassée, pitchée d'un bord et puis de l'autre. On m'a ouvert le cerveau à frette sans me demander la permission.


Car les docteurs et les psychiatres ne sont pas toujours doux. Pour moi, ça s'est passé en 4e vitesse, une jaquette et hop, même pas le temps d'appeler ma mère.


«Mais j'suis juste un pourcentage

Qu'le monde comprendront pas

C'est pas censé faire mal si on l'voit pas

(...)

J'préfère me mettre la tête dans l'sable pis m'dire qu'ça existe pas»

Diagnostic, Roxane Bruneau


Mais c'est le refrain qui m'a achevé. La partie qui revient souvent. J'avais l'impression qu'on me tournait le couteau dans la plaie.

Car on va se le dire, je vie, officiellement, avec mon cocktail depuis 3 ans maintenant. Ça m'a fait réaliser que je ne l'avais toujours pas accepté.


Je faisais l'autruche. Je vivais chaque jour comme si ce diagnostic était tout simplement ce que je suis, alors qu'au final, ce n'est qu'une partie de moi.


Et puis, malgré le fait que cette chanson ait brassé de la poussière dans ma tête, elle m'a fait du bien.



Je me suis sentie représentée et la représentation, c'est important.

Encore plus lorsqu'on est fragile.


É.


168 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout