• É.

L'humaine derrière la gestionnaire


En tant de gérante, je travaille très fort pour créer un "Safe Space" à mes employé.es. Dès l'entretien, je mets au clair que pour moi, le respect, la communication et l'ouverture d'esprit sont mes priorités dans l'équipe.


Mais je dois m'avouer que parfois, je trouve ça dur.


Ce n'est pas dur de leur offrir l'espace compréhensif et ouvert qu'iels méritent pour se sentir bien au travail. C'est surtout dur d'assurer cette relation avec eux en essayant de les protéger de mes propres diagnotics.


Je veux qu'iels puissent s'ouvrir à moi et ne pas penser que ça pèse lourd sur mes épaules. Je veux qu'iels puissent m'appeler un matin en me disant que ça ne va pas du tout et qu'on puisse se soutenir mutuellement. Je veux qu'iels puissent voir en moi la leader qu'iels méritent d'avoir.


Malgré toute ma volonté, ça m'arrive de ressentir cet élan de panique, ces bouffées de chaleur et ces larmes qui montent après un échange mouvementé avec un client. Ça m'arrive de me réveiller un matin et de ne pas avoir la force de sortir de mon lit, mais de ne pas vouloir déranger. D'aller travailler quand même et d'être irritable sans pouvoir leur expliquer pourquoi. Par peur qu'ils ne puissent plus se sentir à l'aise avec moi.


Et puis, c'est arrivé, devant l'une de mes employés. Malgré tout le travail sur moi que j'ai effectué, je n'ai pas pu m'empêcher de chercher mon air. Je n'ai pas pu m'empêcher d'avoir des sueurs froides, d'avoir le teint pâle et de ressentir cette vague de colère et de panique en moi.


J'essayais de ne pas laisser paraître mon état. Et plus je tentais de l'étouffer, plus je perdais mon sang froid. Je n'arrêtais pas de m'excuser. Mon employée, très sensible et empathique, a tout de suite ressenti qu'il se passait quelque chose. Et elle m'a dit une des plus belles choses qu'elle aurait pu dire : Arrête de t'excuser, tu es humaine.


Ça a résonné fort en moi. Tellement fort que ça m'a aidé à retrouver mon souffle. Et ça m'a fait réfléchir.


Je travaille si fort pour créer un environnement confortable et ouvert, ça ne ferait aucun sens de me faire silencieuse lorsque je rencontre moi-même une difficulté. Ça ne sert à rien d'agir comme si rien ne pouvait m'ébranler alors que c'est un mensonge. Je ne peux pas espérer d'eux de me partager leurs défis du quotidien si je ne suis pas honnête concernant les miens.


Je me sens choyée d'avoir établi ce beau lien avec mes employé.e.s. D'avoir su mettre de l'avant l'être humain qu'ils sont, au lieu d'un.e employé.e qui se doit de performer.


Car en les traitant en tant qu'humain.e, iels ont réussi à voir l'humaine derrière la gestionnaire.


-É.


149 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout