• L-

L'excès




Toute ma vie j'ai eu de la difficulté à gérer mes émotions et calmer mon impulsivité. Ces temps-ci je peux dire que je suis de retour à la case départ. J'ai fait des choix dont j'étais peu fière, mais si je

vous écris aujourd'hui c'est parce que j'ai décidé de me prendre en main et de me donner une deuxième chance. Le problème avec l'excès pour moi, c'est qu'il se vit dans tous les aspects de ma vie. Surtout avec la consommation d'alcool et de substances illicites.


Je sais qu'au fond j'ai de bonnes valeurs, de bons principes et une tête sur les épaules. La seule chose qui me nuit est au final de vouloir noyer mes sentiments qui sont parfois trop puissants. Je peux ressentir des choses qui me font si mal que ça devient trop dure à porter. Ça commence par un verre, puis deux et trois… pour finir par la bouteille. Je deviens une personne totalement différente, mais dans ledit moment, la sensation est si euphorique que je ne peux pas me permettre d'arrêter. Le mal, la souffrance, le vide: Tout se dissipe en fumée. Je me sens libre voir invincible… Les lendemains sont par contre très différents de ce que j'ai pu m'imaginer la veille. Mes choix en tant que personne sous consommation ne concordent aucunement avec les valeurs qui sont ancrées en la vraie moi: La moi sobre. Ces jours-ci je ne suis pas fière de celle que je deviens et c'est pourquoi je décide de me prendre en main.



J'ai eu un sentiment de vide si longtemps que lorsque je suis devenue en phase d'euphorie, je ne voulais pas que ça s'arrête. Sortir chaque soir sans penser aux conséquences, ne pas me respecter et faire du mal aux autres par le fait-même… Ça résume ma vie depuis quelques mois. Je ne suis pas en train de me taper sur la tête, mais plutôt d'assumer les conséquences de mes gestes. J'ai trop d'amour-propre pour continuer à me détruire de la sorte (et trop d'amour pour les gens qui m'entourent.) Je ne dis pas que ce sera facile, mais au moins l'acceptation est déjà un très gros pas de fait. Ça faisait un bout que j'avais écrit ici et ça me fait du bien. Je me sens acceptée et comprise par nos lecteurs et si quelqu'un peut ''relate'' à ma situation, ça me fera un énorme baume au cœur. Il est présentement 19h44 et je suis seule avec moi-même. Pour une fois, je ne suis pas saoule au point d'en être inconsciente: Je suis fière de moi. Chaque jour, je me regarde dans le miroir et me rappelle que, peu importe à quel point les temps sont dures, que je m'aime et que je suis une belle personne. Je sais que ça ne sert à rien de s'en vouloir pour des choses que n'on ne peut plus contrôler. Il faut savoir se pardonner et avancer. Nous sommes notre meilleur allié, notre ami pour la vie et notre plus belle histoire d'amour.


Je me promets donc de prendre soins de ma personne, de m'écouter, d'être en paix avec mes choix et de les faire en fonction de mes valeurs. Je me promets de m'aimer inconditionnellement, de m'encourager et de bien m'entourer. Je me promets de me respecter, de pleurer si j'en ai envie, de me laisser être près de mes émotions et de surtout, surtout : Être indulgente avec moi-même.


Le TPL n'apporte pas que de mauvaises choses. Le TPL pour moi me permet d'être authentique, intense et empathique. Le plus gros des défis est de doser. C'est le travail d'une vie, mais certainement pas une corvée. Je souhaite m'améliorer pour pouvoir aider ceux qui sont ou ont été dans une situation semblable à la mienne. À vous tous: Je veux que vous sachiez que je vous comprends, que vous êtes aimés et que de vivre en aillant des émotions ''feux d'artifices'' est possible.


- L




*À noter que nous tentons doucement d'intégrer l'écriture inclusive dans tous nos textes. Pour en apprendre davantage sur le sujet, nous vous invitons à consulter l'Office québécois de la langue française.