• Nolan

L'automutilation



Je n’aurais jamais dû tracer la première ligne… Mais c’est tellement réconfortant de voir le sang qui coule, la pensée qui disparaît.


Mais qui trace des dommages. Des dommages physiques qui font oublier les dommages psychologiques. Sentir la lame sur sa peau. Quelques lignes par ici.. d'autres par là. La même sensation qu'une drogue: tu te sens mieux sur le coup, mais toujours aussi vide après.


Ma première fois, je m’en souviens comme si c’était hier. J’étais dans mon garage, je jouais avec mon frère. On construisait des choses dans le garage et là, mes yeux ce sont mis à fixer une lame. Je me suis dit que je pourrais essayer, voir qu’est ce que ça ferait. Si ça aiderait à faire disparaître mon extrême secret que j'avais caché en moi…


J'ai été victime d’abus. J’étais pas pour le dire à ma mère, elle avait tellement l’air heureuse. Je ne voulais pas lui faire de peine, donc j’ai opté pour cette lame et me faire quelques petites coupures. J’étais jeune, j’avais seulement 12 ans. Dire que cette lame est devenu ma meilleure amie, ma confidente, celle qui prend tout mon mal.


Je n’aurais jamais dû y tracer ces petites lignes.


La première fois, je suis allé voir ma mère et je lui ai dit que je m’étais accroché quelque part dans le garage. Ma mère n'a pas répliqué. Elle a tout de suite désinfecté les plaies et je suis retourné "jouer" avec mon frère. Peut-être 5 minutes après, je suis retourné voir ma mère en lui montrant mes nouvelles coupures. Elle commençait à se demander qu’est ce qui se passait. Et elle se le demande encore aujourd'hui. Pourtant, j’ai une famille extraordinaire où il n’y a aucun sujet tabou. Par contre, cette partie m’appartient. C’est comme si c’était mon secret, même si toute ma famille s'en doute fortement.


Je pourrais comparer ce problème à de la toxicomanie ou de l’alcoolisme. Malgré toutes les ressources dont je dispose, le premier geste doit venir de moi. Je me suis fixé un objectif d’arrêter malgré tous les facteurs stressants qui s’en viennent. J’ai réussi à arrêter depuis 2 semaines. Je suis tellement fier de le dire! C’est comme un alcoolique qui vie 24 heures à la fois...


Nolan.

289 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon