• Laurie

L'après rupture - Ma chambre est un bordel

Mis à jour : sept. 5

Il y a près de deux mois, j'ai mis fin à une relation qui devenait de plus en plus malsaine pour moi, et ce, malgré la présence d'amour incontestée. Fière de moi, j'ai écrit un superbe texte sur l'importance de se choisir soi. En plus, après réflexion, j'ai même écrit un texte qui parle d'amour propre et de compassion envers soi-même. T'sais, la fille, a l'avait l'air de ben prendre ça, la rupture pis toute.


Hey boboy!


Si notre chambre est à l’effigie de notre cœur, faut pas se demander pourquoi la mienne est en bordel. Depuis mon retour de voyage, j'ai des tas de linges sales et de linges propres qui traînent un peu partout. J'ai arrêté de faire mon lit. Et je n'ai pas allumé une chandelle, ne serait-ce qu'une fois.


Et c'est exactement le même portrait pour mon cœur. Je ne regrette pas du tout ma décision. Mais ce serait mentir de dire que je le vis bien. Bon, ce n'est rien de surprenant. Toute rupture vient avec sa période d'adaptation. Tout comme un deuil, il y a des étapes à vivre. Mais pour une TPL, ces étapes sont longues, drainantes et souffrantes.


Je trouve difficile d'expliquer pourquoi chez moi, c'est pire que chez ceux et celles qui ne vivent pas avec un trouble de la personnalité limite. Parce que des mots, ça ne me permet pas d'imager concrètement ma douleur. Je pourrais vous dire que des 5 minutes, je vais bien et j'ai confiance en l'avenir alors que, d'autres 5 minutes, je suis complètement dévastée. Mais en sommes, toute personne qui sort d'une relation de plus de 3 ans le vivrait ainsi.


Alors ça veut dire quoi, être complètement dévastée?


Ça veut dire que je me réveille maintenant très tôt le matin, une bonne heure avant mon alarme, avec une boule ultra pesante au ventre et un sentiment de culpabilité énorme, comme si je venais de faire le pire coup inimaginable. Ça veut dire que chaque matin, je vis un combat avec moi-même afin de me donner quelques coups de pied au derrière et faire ma journée. Ça veut dire que régulièrement, je ressens un vide à l'intérieur de moi, comme si mon être n'en était plus vraiment un, comme si je n'existais pas vraiment. Ça veut dire que je sens régulièrement mon cœur débattre dans ma poitrine, comme s'il allait exploser. Ça veut dire que n'importe quand dans la journée, je ressens un stress épouvantable, comme si je m'en allais passer l'examen de la vie. Ça veut dire que des fois, je n'arrive plus à penser à rien d'autres, que j'ai besoin d'en parler, même si c'est pour répéter les mêmes choses pour la centième fois. Ça veut dire que la télévision est pratiquement toujours allumée parce que le silence me tue.


Ça veut dire que ma maman n'a jamais autant eu à faire sa job de maman que présentement. Ça veut dire que mes amies me voient passer du rire aux larmes en l'espace de quelques secondes.


Heureusement, qu'on soit TPL ou non, tout fini par s'estomper. Les blessures finissent par se guérir, les pensées intrusives s'envolent doucement et le bonheur revient peu à peu prendre place dans notre coeur. Suffit de se retrousser les manches un peu et de savoir bien s'entourer. C'est pourquoi, en compagnie de mes deux filleuls les plus vieux, j'ai pris l'initiative de replacer chaque morceau de vêtement et de partir une autre brassée de lavage!


Bon ménage,


Laurie.

806 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon