• Lily

L'adolescence à 32 ans

Mis à jour : juil. 22

Depuis Juin 2019, et graduellement de plus en plus, je vie une seconde puberté. Les bloqueurs de testostérone et les hormones que je prends causent beaucoup de changements dans mon corps, tant physique que psychologique. J’en ai parlé plusieurs fois dans de précédents articles. La vérité est que je vis vraiment une deuxième puberté et c’est très difficile.

Puberté 2.0

Qu’est-ce que ça signifie, concrètement? Mes émotions sont dans un chaos des plus total. Parfois, je suis triste sans raison, déprimée sans raison. D’autres moments, je suis très heureuse. Mes désirs se vivent dans les extrêmes. J’ai des rages de bouffe monstrueuse (l’épicerie va finir par manquer de salsa). J’ai très peu de contrôle sur mes pulsions.


J’ai toujours été une personne qui préférait ne pas être trop remarquée, avant. Low-profile, comme on dit. Maintenant, je veux tellement toute l’attention tout le temps que c’est désagréable. Sans compter mon besoin affectif et mon besoin de validation, qui grandissent sans arrêt. Une bonne discussion avec ma sexologue m'a fait comprendre que le tout est absolument normal. Ayant toujours soustrait qui je suis, maintenant je veux me sentir validée par l’attention et les compliments. Mais ce n’est pas chose facile à vivre.


Et de plus, il y a mon corps qui change. Mon corps qui commence à se rapprocher de mon idéal, de la personne que je veux être, tout en étant si loin. Comme si je n’arrivais pas à me sentir suffisamment féminine pour attirer les regards. Mais pourquoi, soudainement, c’est si important d’attirer les regards pour moi? Ça n’a jamais été le cas avant pourtant, bien au contraire!


Et que dire des changements sensoriels! Parce qu’avant, des câlins, c’était pas important pour moi. Aujourd’hui, mon corps l’exige. Ma peau est devenue tellement sensible au toucher. J’ai besoin qu’on me serre, qu’on me dise que tout va bien aller. Qu’on me sorte pour une date. Me sentir précieuse.


Et pourtant, de l’affection, j’en ai en quantité! Mais le besoin de romantisme est grand. Une chose qui, encore une fois, n’était pas une priorité pour moi avant. Bien entendu, j’étais du côté qui donnait à ce moment-là. Et que dire de mon orientation…jamais dans ma vie je n’aurais cru pouvoir être attirée par un homme. Tout ça a changé maintenant. Et c’est tellement mélangeant, tout ces changements en même temps. Ma tête peine à garder le rythme.


Alors qu’est-ce que je fais? J’essaie de m’établir des listes, des priorités. Je discute avec ma thérapeute aussi, beaucoup. Je fais le ménage dans ma tête, question de ne pas laisser tout ça prendre le dessus sur moi. J’en arrache, mais je continue quand même.


Après tout, la définition de qui nous sommes, c’est la quête d’une vie…


Lily.

287 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon