• É.

Je suis épuisée

« Voyons, tu es jeune, tu ne sais pas ce que c'est d'être épuisée! »

« Tu as juste à te coucher plus tôt le soir et lâcher ton téléphone. »

« Moi aussi, je suis épuisé, et je ne m'en plains pas. »

« Attends d'avoir des enfants, tu vas réaliser que tu te plaignais pour un rien. »

Je les ai tellement entendus souvent, ces lignes. Du faux support ou une fausse compétition de qui est le plus épuisé du groupe. C'est triste, non?

La vérité, c'est que je ne suis pas épuisée physiquement. Certes, ma forme n'est pas au top depuis la fermeture des gyms, sauf que je ne suis pas essoufflée à monter des escaliers. Non, la vérité, c'est que peu importe l'heure à laquelle je me lève ou que je me couche, peu importe le nombre d'heures de sommeil que j'ai, je suis épuisée.

Et je sais qu'il y a plusieurs personnes dans le même bateau que le mien.


Ce qui est le plus épuisant, c'est de garder tout cela en dedans. On va se le dire, lorsqu'on parle et que tout ce qui se passe, c'est l'invalidation de nos émotions et la comparaison constante avec les épreuves des autres, ça ne donne pas envie de se confier.


C'est comme si la question « Comment vas-tu? » était plus une marque de politesse que d'un réel intérêt pour la santé mentale de l'autre. Et puis, tout ce que ça donne comme envie, c'est de garder cela en dedans de nous et d'espérer qu'on ne va pas péter au frette.


Je trouve cela dommage, mais surtout absurde, que l'être humain n'ait pas le droit d'être épuisé par les épreuves de la vie.


C'est comme si, pour être épuisé, il fallait absolument travailler 60 heures par semaine toute sa vie, travailler physiquement, être en maladie ou de s'en remettre, être un parent... Sauf que l'épuisement, ça va tellement plus loin que tout cela.

Nous vivons dans une société propice à l'épuisement.

Nous sommes l'ère du stress de performance. Nous nous devons de toujours être en santé, disponible et sur la coche. Notre société s'attend de nous à ce que nous ne fassions aucunes erreurs, qu'on ne call pas malade, surtout si c'est pour une raison non physique. T'sais, l'épuisement ce n’est pas comme un bras cassé.


On vit dans une ère où la santé mentale, le principe de prendre soin de soi, est minimisée à un point tel que c'est considéré comme une anomalie. Et pourtant, c'est tout ce qu'il y a de plus normal et de correct d'avoir besoin de recul.

Mais non. Nous nous devons de vivre pour notre performance et non pour soi-même.


Pis ça, c'est épuisant.


En 2021, je te demande de prendre soin de toi. D'écouter ton corps, d'être alerte à tes émotions.

Je te demande de te respecter, dans tout ce que tu fais et tout ce que tu choisis d'entreprendre.

Je te demande surtout de garder en tête ceci :

Que tu sois étudiant.e., employé.e., PDG, papa ou maman au foyer ou non, retraité.e, en arrêt de maladie, peu importe!


Tu restes un être humain et tu as le droit d'être épuisé.

Moi aussi, je le suis.


-É.

762 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon