• Laurie

Je ne suis pas une bonne amie

Mis à jour : sept. 4

Samedi dernier. Souper de couples à la maison. Je termine la soirée en mentionnant à l'autre fille (celle qui devient de plus en plus mon amie) que je ne suis pas une bonne amie. L'art de terminer la soirée sur une belle note.


Aussitôt qu'ils sont partis, je m'en veux déjà. Et pas question de le dire à mon copain. Je sais très bien qu'il me trouve déjà «sauvage», je sais qu'il en profiterait pour me faire la moral.


Mais pourquoi j'ai dit ça? La soirée avait été parfaite, hormis le repas qui nous a échappé. Alors c'est quoi? J'ai voulu lui faire peur? Je ne pense pas. Au contraire. Bien sincèrement, c'est une humaine formidable. Toujours de bonne humeur, à l'écoute, compréhensive et avec une superbe sensibilité.


Je crois tout simplement que je le pensais, et que je voulais qu'elle sache à quoi s'attendre de moi. Question de m'enlever un peu de pression. Parce que je me mets une pression incroyable sur les épaules d'être la meilleure personne qui soit, afin de m'assurer qu'on ne m'abandonne jamais. Je ne sais pas si c'est clair. En gros, à travers mon TPL, j'ai une immense crainte de l'abandon. Et dans ma tête, je dois être une amie, blonde, etc, exceptionnelle pour qu'on me trouve indispensable et donc, qu'on ne m'abandonne jamais. Et pensant faire diminuer toute cette pression inutile, je provoque parfois, inconsciemment, des situations du genre.


Une vieille photo avec une vieille coupe de cheveux !

Je le pensais parce que c'est vrai que je ne suis pas toujours la meilleure amie qui soit. Lorsque je suis sur une bonne lancée, comme en ce moment, je manque beaucoup d'attention pour des êtres qui me sont très chers. Je texte moins, j'appelle moins, et j'ai moins «besoin» de les voir. Pourtant, je ne les aime pas moins pour autant. Et quand j'y pense, je me sens un peu mal. Parce que lorsque je vais moins bien, je les appelle, les textes et les bombarde avec mes soucis, mes craintes, mes angoisses. Quand je vais pas bien, j'ai dont besoin de parler.


Je ne suis pas stable. Et je me sens profiteuse. Pourtant, je vous le jure, si l'une d'elles m'appelait pour quelque raison que ce soit, je ferais n'importe quoi pour être disponible à mon tour. De 1, parce que je les aime d'amour et que je veux être là pour elles, comme elles le sont pour moi. De 2, bien sûr, parce que je ne dois pas faillir à ma tâche et leur donner une raison de ne plus m'aimer.


Bref, je crois que le genre d'amitié que j'ai à offrir est plutôt complexe et sinueux. Mais pas moins sincère pour autant!


Je vous aime, mes amies!


Laurie.

464 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon