• France P.

Je ne dors pas et toi?

Dernière mise à jour : 19 déc. 2021


Plus jeune, je faisais de l'insomnie à presque toutes les nuits. Je pouvais passer de 3 à 4 jours de suite sans dormir. Pour mon moi de 21 ans, c’était très normal de ne pas dormir et de faire le ménage à 2h du matin. Je ne suis plus très sûre que mes voisins m’aimaient, mais au moins mon appartement était propre et toujours bien aménagé. Malheureusement, encore aujourd'hui à 34 ans, je donnerais tout pour dormir «naturellement». J’envie ceux et celles qui s’endorment dès que leur tête touche l’oreiller. Vous n’êtes pas normal ;) !



À mes 21 ans, je fumais de la marijuana pour dormir une nuit complète quand je commençais à halluciner à cause de la fatigue. Rien de bien compliquée, mais juste parfait pour une nuit entière toute en douceur. Puis j’ai rencontré ma femme ultra anti-marijuana. J’ai donc arrêté et les insomnies sont revenues avec force. Je me souviens de toutes les nuits où j'étais debout à peinturer dans notre 4 ½ de Montréal à 2h du matin. J’étais pleine de peinture et je m’amusais! J’avais aussi le temps de faire le scrapbook de naissance de ma fille. Je n’ai toujours pas fini celui de fiston par contre, car maintenant, je m’assomme à grand coup de médoc pour dormir.


Arrivée à mon deuxième enfant, mon médecin de famille m'a clairement fait comprendre que ne pas dormir N’ÉTAIT PAS UNE OPTION dans mon cas. J’avais commencé à halluciner et à paranoïer dans le métro, pensant que j’étais suivie. Puis, je me suis mise à entendre des voix qui me disaient d’aller me tuer. Suivi du sentiment de trou noir lorsque je me trouvais seule dans mon appartement. J’avais peur. Extrêmement peur de moi et je le cachais à tout le monde, en jouant la forte.


Nous avons donc commencé les calmants pour me forcer à dormir. C’est addictif ces petites cochonneries là! Docteur «Bonheur» a donc décidé de me transférer vers un somnifère pour m’aider avec mes crises de panique qui ne finissaient plus. Je le prends toujours depuis 4 ans. Mais ils ne sont plus suffisants. J'ai donc ajouté à ma routine l’huile de CBD (un composant de la marijuana qui relaxe et ne cause pas de psychose) en plus de tous mes autres médicaments qui ont comme effet secondaire la somnolence. Le tout prescrit, évidemment.


Je ne suis plus cernée, j’ai le temps de penser et je suis de meilleure humeur dans la vie. Ma petite femme a suivi mes pas et dors bien elle aussi. Cependant, on s'arrange pour que les enfants dorment avant de prendre notre ribambelle de pilules magique! Pas questions qu’ils m’entendent rire toute seule pour rien. Ou encore qu’ils me voient le regard vide, car je suis extrêmement concentrée sur ce que je fais. Donc jamais avant 8h30 le soir pour être certaine! Mais j’ai quand même eu une bonne discussion avec eux. «Non, vous n’y toucher pas, surtout pas avant 21 ans, et si vous croyez un jour en avoir besoin (de l'huile de CBD), faites-moi signe, JE vais vous accompagner à travers tout ça.»


Sur ce, je vais faire le souper!

Bonne soirée tout le monde!

France P.




*À noter que nous tentons doucement d'intégrer l'écriture inclusive dans tous nos textes. Pour en apprendre davantage sur le sujet, nous vous invitons à consulter l'Office québécois de la langue française.