• P.

Je consomme, donc je suis

Mis à jour : sept. 4

Parfois, un vide m'envahit. Un vide profond que rien ne peut remplir. Parfois, le vide et la douleur sont tellement forts que mon esprit laisse mon corps en plan, en mode auto-pilote. Tous les moyens sont bons pour remplir ce vide.


Je ne peux pas manger le plus possible pour combler le vide parce que la honte et le regret va me remplir. Par contre, je peux me promener dans les magasins et y jeter mon dévolu.


Mon dada? Le maquillage. J'adore le maquillage et j'ai toujours caressé le rêve de devenir une artiste maquilleuse, ce qui me donnait une excuse pour constamment acheter du maquillage. Mes lieux de prédilection? Le Sephora et le Winners. J’y trouvais toujours un produit qu’il fallait que j’essaie ab-so-lu-ment et toutes les raisons pour dépenser étaient valables : j’avais eu une bonne note, je me sentais anxieuse, j’étais triste, j’étais fière de moi, etc. Dans le temps de le dire, je me suis ramassée avec une centaine de rouge à lèvre, tous différents les uns des autres, une bonne dizaine de palettes de fards à paupière, 6 fards à joue, deux bronzers, deux palettes de contouring, près d’une dizaine d'illuminateurs, sans compter les produits pour les sourcils, les cils, les faux cils, les fonds de teints, les caches-cernes, les poudres fixatrices, les spray fixatif et les bases. Chaque jour, j’arrivais en cours avec un maquillage complètement différents de la veille. Malgré tout, la sensation de vide restait.



Une de mes amies, ayant eu le diagnostic de trouble de personnalité limite il y a des années, m’a dit que mes comportements lui rappelait les siens, quand elle achetait compulsivement des vêtements. Dans ma tête, je me suis dit que ce n’était pas la même chose, que je faisais ça pour ma passion (et future carrière, qui sait). Or, j’ai dû admettre que j’achetais pour combler un vide quand j’ai commencé à être déçu de n’avoir rien à acheter quand je n’allais pas bien, ou quand je dépensais pour des sacs surprises du Ardène en sachant pertinemment que je n’allais pas utiliser la moitié des accessoires que j’allais obtenir.


Avoir des gens stables et aimants dans ma vie m’a aidé à réduire cette habitude. Il va encore avoir des moments où je vais avoir « besoin » de dépenser, mais ça m’arrive beaucoup moins souvent, et je dépense davantage dans des vêtements de friperie.


P.

166 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon