• France P.

Je carbure à quoi au juste?

Dans ma vie de tous les jours, je suis technicienne informatique. On m'a donc approchée pour faire un blogue sur des trucs d’informatique. Pas de trouble, ça va me faire plaisir. Et parle parle, jase jase avec la dame du blogue et elle me demande tout d’un coup : «Mais tu carbures à quoi? Tu fais comment pour tout faire ce que tu fais dans la vie de tous les jours et t’en sortir pas trop amochée?»


Ma réponse? Vois-tu? Je ne le sais pas moi-même! Je ne sais pas comment je fais pour faire tout ça sans finir en boule dans un coin.

Je travaille 40 heures par semaine avec une gang merveilleuse qui comprend ma maladie mentale. Pour le moment, ils comprennent quand je ne vais pas bien. Ils comprennent qu'il m’arrive de juste «caller off», car je suis épuisée mentalement et physiquement. Ils comprennent que ces journées-là, je dors ma vie et que même ma femme n’arrive pas à me faire bouger tellement ma tête ne répond plus à rien. Par contre, ils savent aussi que je donne tout ce que j'ai, du moment où je commence ma journée de travail, jusqu'à la dernière seconde avant que celle-ci ne se termine. Je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour m'impliquer le plus possible. Ils me donnent beaucoup, je donne tout autant.

Puis, vient le soir, à la maison. Je «deal» avec 2 enfants et ma petite femme. Elle et moi, on s'occupe d'entretenir l'appartement et de préparer les repas. Le classique. Mais nous devons aussi nous assurer que notre fils ne fasse pas de crise d'opposition, que notre fille aie une belle estime d'elle même et que son anxiété soit stabilisé, que nos chats ne finissent pas cinglés à force de recevoir constamment des câlins et que l'horaire des rendez-vous, des cours et des activités continuent d'avancer sans trop de contre-temps. Deux enfants, de 7 et 10 ans, ça demande beaucoup de temps!


Finalement, vient ma passion (mon envie de devenir photographe), mes amies, mes sorties personnelles... L'été, je peux passer près de 6 heures par week-end en session photos. C'est ce qui me relaxe, me permet de me recentrer sur moi-même et de ne plus trop penser. Bref, mes week-ends sont un casse-tête entre ma passion pour la photo et mon envie d'être en famille, mais j'arrive toujours à agencer les deux pièces du puzzle.

Donc, si on fait le calcul, je carbure grâce à :

-La caféine qui coule à temps plein dans mes veines;

-L'amour que mes enfants me portent et leurs sourires de joie quand ils me voient;

-Les câlins de ma femme et nos conversations le soir avant de dormir;

-Ma caméra et les sourires immortalisés en photos;

-Beaucoup de sucre et de chocolat.

Je carbure au bonheur des autres avec l'espoir fou, qu'un jour, tout se calme!

Bonne soirée tout le monde!

France P.

170 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon