• Laurie

J'ai manqué de souffle

J'ai manqué de souffle. J'ai manqué de souffle pour terminer l'année 2020. À quelques jours du fil d'arrivé, je suis tombée. C'est fâchant, quand tu es si prêt du but. Mais voilà, j'ai manqué de souffle et je me suis enfargée dans mes souliers. Un coup à terre, ça m'aura pris quelques journées avant de réussir à me relever.


Pourtant, j'avais débuté 2020 bien consciente qu'il me fallait prendre soin de moi. Je venais de me séparer peu de temps avant. Et ma seule et unique résolution était de prioriser ma santé mentale, de me remettre sur pied psychologiquement. Je me suis accordée beaucoup de temps personnel. Je me suis donné le droit de pleurer, de crier, d'être fâchée. Bref, j'ai accueilli chacune de mes émotions comme elles venaient.


Et j'ai commencé à aller mieux. Vraiment mieux même. Rapidement, j'ai retrouvé ma bonne humeur d'avant. J'ai repris mon erre d'aller et je me suis donné à fond dans ce qui me procurait du réconfort, de la fierté, de la joie.. bref toutes des émotions positives. Et comme ce que je vivais était sain, je n'ai pas porté attention à quoi que ce soit. J'ai couru ce que je croyais être un 10 kilomètres, sans me douter que je m'étais en fait inscrite à un marathon. Comme le sentiment d'adrénaline était fort, j'ai tout donné en partant. Et arriva ce qui arriva. Décembre était littéralement le mois de trop de l'année 2020 pour moi.



Comme une poule pas de tête, j'essayais de tout faire en même temps et surtout, au même rythme. Mais je n'y arrivais pas. Je n'avais plus la force, ni l'énergie. J'étais complètement vidée. Je n'arrivais même plus à me sentir comblée, les mêmes sentiments positifs ressentis préalablement avaient disparu. Et malgré tout, je ne réalisais rien. Jusqu'au jour où France, une collaboratrice ici, me fît remarquer que je semblais être surpassée par les événements. Ce jour-là, j'ai éclaté en sanglots.


Comment est-ce qu'on peut se brûler alors qu'on ne fait que des choses qui sont bonnes pour nous? Comment peut-on atteindre le fond du baril alors qu'on ne s'implique que dans ce qui est bénéfique? Pourquoi il nous arrive de tomber en pleine face même si nous aimons tout (ou presque) de notre vie?


Parce que trop, c'est comme pas assez. Parce qu'on se met trop de pression. Parce qu'on veut toujours courir plus vite. Parce qu'à force de regarder l'objectif au bout de la course, on oublie de regarder le paysage en même temps. Inévitablement, on finit par manquer de souffle.


Je suis la première à dire aux autres de profiter et de respirer. Que c'est ben beau de vouloir tout faire et tout réussir, mais si tu dois en profiter de ton lit d'hôpital par la suite, le jeu n'en valait pas la chandelle.


Cette année, je vais essayer de vouloir moins. C'est étrange comme résolution, me diras-tu. Mais c'est ce dont j'ai besoin. Je vais arrêter de courir et me mettre à la marche rapide, pour peut-être terminer l'année à pas de tortue. Ce sera un peu moins productif, mais définitivement plus bénéfique pour ma santé mentale!


Laurie

163 vues0 commentaire

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon