• France P.

J'ai hâte que 2019 finisse

Mis à jour : sept. 5

Une de mes amies a lu mon post sur ma crise et comme chaque fois qu’on parle de ma santé mentale, on m’a offert de l’aide … que j’ai refusé. Je suis incapable de dire oui à de l’aide. J’essaie d’être la forte qui réussit sa vie sans avoir d’aide. Je veux être celle qui s’en sort la tête haute et sans trop d’écorchure. Je veux être moi et avoir la paix dans ma tête et mon cœur. Mais avec l’année que j’ai vécue jusqu’à maintenant, j’ai besoin d’aide. De beaucoup d’aide.


Cette année, j’ai perdu mon soutien, mon pilier. J’ai perdu celle qui avait le rôle de mère pour moi. J’ai perdu ma grand-mère, ma mère, ma voisine, celle qui ma élevée et m’a aidée à élever mes enfants. J’ai perdu celle qui m'a appris à lire, à écrire, à cuisiner. J’ai perdu ma confidente, mon modèle. J’ai perdue la personne la plus importante pour moi. Le tout rapidement, soudainement. Elle travaillait le 23 décembre (pas mal pour une femme de 75 ans) et le 7 janvier, on lui annonçait un cancer massif aux poumons et cerveau. En février, elle était partie rejoindre les étoiles.


Dans les même deux mois, j’ai fait le deuil de mon père. Du moins, du père que je connaissais. Mes enfants ne savent même plus qui est grand-papa. Mon fils l'a vu cet été et quand ma mère lui a présenté, il a demandé à ma mère qui c’était. Il n’a pas vue mes enfants ou encore, ne m’a pas appelée depuis près de 2 ans. Quand je suis allée lui dire ce qu’il arrivait avec ma grand-mère, je me suis fait virer de bord avec un ton sec et très franc : Ne me parle plus. J’ai donc perdu le contact de mon père le même mois que ma grand-mère mourrait. Franchement génial de voir que je n’ai plus ma figure paternelle en même temps que je perds ma figure maternelle.

Puis, est arrivée la transition de mon mari en ma femme. C’est un peu à ce moment-là que je crois avoir mis un mur devant moi pour m’éviter toutes émotions. Je n’ai pas le temps ou l’énergie de « dealer » avec rien de tout ça. Je ne peux pas en faire autant dans la même année. Non, ça ne marche pas! Je ne peux pas en plus faire mon deuil de mon mari. Ok, vous allez me pitcher des roches : « Ben voyons F, c’est la même personne. Elle n’a pas changé, car elle est vraiment elle! » Ben oui! Oui, elle a changé. Ce n’est pas la même personne du tout. Ce n’est plus la personne que j’ai rencontré il y a 11 ans. C’est une personne qui a fait un 360 et qui a sortie de son tour en criant ME VOILA !!! Je dois juste m’ajuster à ces changements-là, c’est tout.


Et voilà-tu pas que mon petit frère… bien c’est maintenant ma sœur. Est-ce que je vous ai dit que mon année est rocambolesque? Est-ce que je vous ai mentionné que les changements, ça forge le caractère? Non! Je ne vous direz jamais ça! Je vais vous dire, par contre, que les changements, ça brule. Ça rend fragile. Ça nous donne de la misère à se concentrer, ça empêche de profiter pleinement de la vie, car tu es trop occupée à tenir tout le monde au lieu de te tenir toi-même. Tu essaies tant bien que mal d'être forte et de tenir les forts le mieux possible.


Mais la, j’ai besoin d’aide. J’ai besoin d’aide pour redevenir moi, pour être bien dans ma tête et ma peau. Je commence une nouvelle thérapie avec une sexologue/thérapeute spécialisée en personne transgenre pour m’aider à comprendre la nouvelle réalité de ma femme, mais aussi pour m’aider à faire face à tous mes deuils, toutes mes idées embrouillées.


Bonne soirée!


Miss F.

245 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon