• madisonmonfette

Intervenant : aider sans se brûler (Partie II)

« Derrière le costume d’aidant se trouve un humain qui a des besoins »...


Quels sont donc ces besoins auxquels il est essentiel de répondre pour notre bien-être psychologique?

Pour répondre à son besoin de repos, deux tâches sont nécessaires : s’arrêter et renouveler ses énergies. Physiquement, on doit arrêter la demande d’énergie en s’immobilisant et renouveler ses énergies en dormant.

Psychologiquement, on doit arrêter la demande d’énergie en évitant d’être en contact avec la souffrance humaine. Après une dure journée d’intervention, ce n’est peut-être pas le bon moment pour écouter les nouvelles. Ce n’est pas non plus une bonne idée d’aller souper avec une amie qui a besoin d’écoute et de réconfort.

Après avoir coupé le contact avec la souffrance humaine, il reste la deuxième tâche pour accéder au repos : renouveler son énergie. Toute activité qui permet de s’amuser, jouer et avoir du plaisir permet de faire le plein d’énergie.

Un autre type d’activité permet de renouveler ses énergies : c’est ce que j’appelle le ressourcement. Il s’agit d’activités en lien avec l’art, la nature ou la spiritualité. Cela peut être la chanson, l’écriture, la peinture, la marche en forêt, le yoga, la méditation et j’en passe.

Pour être considérée comme un ressourcement, une activité doit permettre non seulement de se changer les idées, mais aussi de gagner de l’énergie.


Pistes de solutions


On peut se protéger. On doit alors développer certaines habiletés :


1. Limiter son exposition aux histoires dramatiques et à la souffrance humaine dans sa vie professionnelle et personnelle. Il ne s’agit pas de trouver le niveau maximal de souffrance à laquelle on peut être exposé, mais plutôt le niveau confortable. Par la suite, il faut se retirer lorsque son confort est menacé.


2. Reconnaître la valeur de ses réactions et les identifier. Il s’agit de reconnaître l’existence de ses réactions aux histoires et à la souffrance qu’on rencontre, de s’arrêter un moment pour diriger son attention vers elles afin de les nommer.


3. S’autoriser à ressentir ses réactions. Il s’agit de les ressentir sans les juger, les expliquer ou les excuser. Il suffit de laisser leur intensité se déployer en soi, de laisser venir les images, les souvenirs et les liens librement, et finalement, de reconnaître ce qui est touché en soi.


4. S’autoriser à exprimer ses réactions. Enfin, il s’agit de les exprimer à haute voix en s’adressant à la personne concernée sans qu’elle soit présente. Les réactions peuvent s’adresser à un client, à un acteur d’une histoire entendue ou encore à une personne qui a joué un rôle dans notre propre histoire. C’est en ressentant ses réactions et en laissant les liens et les souvenirs émerger à ce moment qu’on peut parfois constater que c’est notre histoire qui se rejoue. Voilà une occasion d’évacuer les réactions qu’on avait, jadis, omis d’évacuer.


S’immuniser contre l’épuisement


1. Assurer une saine gestion de son énergie personnelle. On doit s’assurer qu’il y ait suffisamment d’entrées d’énergie pour absorber les sorties sans épuiser ses ressources. Il s’agit d’être à l’affût des entrées et des sorties afin de demeurer conscient du niveau de ressources encore disponibles.


2. Apprendre à se connaître. Pour bien prendre soin de soi, il est essentiel de bien se connaître. On y arrive en prenant le temps de s’arrêter pour se mettre à l’écoute de soi, en s’intéressant à ses propres réactions émotives pour enfin identifier ses besoins et ses limites propres.


3. Écouter et respecter ses limites. Pour y arriver, il est nécessaire de s’arrêter régulièrement pour prendre de ses nouvelles. Ensuite, on doit découvrir ses propres signaux de dépassement, apprendre à les reconnaître, à identifier clairement ses limites et à les respecter.


4. S’occuper de ses besoins affectifs, de son repos psychologique et de se ressourcer. Il s’agit de s’assurer d’entretenir des relations nourrissantes et de s’en nourrir, et de s’offrir un repos psychologique et du ressourcement lorsqu’on en a besoin.


Tous ces savoirs-faire se développent par la pratique.


Madison M.

xx


236 vues0 commentaire

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon