• Julie

Et si c'était un bras cassé?


Vous avez un accident d'auto, résultat, un bras cassé, du moins vous pensez, que faites-vous? Qu'arrivera-t-il ensuite?

Vous avez un accident d'auto, résultat, choc post-traumatique, du moins vous pensez, que faites-vous? Qu'arrivera-t-il ensuite?


Mêmes événements, 2 résultats et 2 traitements complètement différents.


Différents au point que dans le cas premier, vous passerez au triage, on vous évaluera, soulagera la douleur et vous irez ensuite en radiologie. Selon le type de cassure, vous aurez droit à soit : un plâtre puis un suivi en orthopédie OU un plâtre, ensuite un rendez-vous en orthopédie, puis chirurgie, et encore de l'orthopédie par la suite. Dans les deux cas, souvent, il y aura un suivi en physiothérapie. Vous quitterez l'hôpital sachant quand seront vos rendez-vous. Tout ça sera terminé à l'intérieur de 6 mois.

Dans le deuxième cas, vous pourrez attendre parfois des années avant de recevoir des traitements.

Selon votre état de crise, vous arriverez à l'urgence, en ambulance, accompagné d'un policier. Après avoir passé au triage, on vous enverra dans une pièce, sans fenêtre, le lit cloué au sol. Vous devrez vous départir de tout, tout. Vous attendrez parfois jusqu'à 3 jours, même plus pour voir un(e) infirmier(ère) spécialisé(e) en santé mentale. Vous attendrez peut-être plus encore pour être vu en psychiatrie. Vous n'aurez peut-être pas le droit à une douche. Quand vous aurez votre congé, vous n'aurez pas de diagnostic, puisque à l'équation de qui vous êtes, il en manquera une partie. Vous devrez attendre l'appel de l'infirmier(ère) en psychosocial qui vous aidera à trouver l'aide appropriée. Cet appel, pour la plupart, ne viendra pas, même après avoir attendu 1 an.



Crédit image.


Si vous faites le même parcours en vous rendant directement dans un hôpital spécialisé en santé mentale, comme Douglas, vous aurez de l'aide plus rapidement, plus efficacement.

Et si on traitait les blessures mentales comme des blessures physiques pour une fois? On serait outré de voir un médecin dire au patient avec un bras cassé : "Ben là, reviens-en!", "T'es pas un cas grave, reviens dans 6 mois et on va t'aider à ce moment-là." ou "Je ne sais pas trop quoi faire avec ça... as-tu Googlé pour voir si quelqu'un peut t'aider?". C'est pourtant la routine pour ceux et celles atteints de maladies mentales.

Comment percevriez-vous le système de santé si, à chaque fois que vous étiez blessés, vous auriez à revendiquer vos droits à des soins? C'est la perception de beaucoup de gens, autant dans le domaine médical, que ceux atteints par la maladie mentale.


Ce même bras cassé, s’il est non ou mal traité aurait donc des répercussions toute votre vie. Il en est de même pour les problèmes de santé mentale, et, pourtant, juste à le lire comme ça, vous devez vous dire, "ben voyons un jour, ça va s'en aller". Vous êtes-vous dit la même chose pour le bras cassé...?

Julie.

368 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon