• France P.

Est-ce que je te vois vraiment? - Texte sur la schizo-affection

Je suis quelqu'un de très dure envers moi-même. Depuis aussi longtemps que je me souviens, je suis très critique par rapport à ce que je fais, à qui je suis. J'ai toujours un doute quant à mes capacités à entreprendre quoi que ce soi. Un peu comme si j'avais une petite voix qui me disait sans arrêt que je ne suis qu'une moins que rien. Comme dirait ma femme, j'ai une petite voix dans ma tête qui me fait voir le noir partout.


Et en fait, elle n'a pas tort. J'ai vraiment cette petite voix qui me pousse à me remettre en question continuellement et à ne jamais être satisfaite. Dans un nouvel emploi, par exemple, j'imagine toujours que je ne suis pas assez bonne et que je n'y arriverai pas. Malgré les encouragements et les compliments reçus, j'ai toujours une petite crainte qu'au final, on me montrera la porte de sortie.

Et c'est pareil à la maison. C'est comme si cette petite voix me faisait imaginer des trucs qui ne sont pas réels. Elle m'empêche de voir le positif, laissant toute la place aux éléments négatifs de la vie. Sans le vouloir, j'ai le sentiment d'être une éponge à négatif. En fait, ceci résume très bien ma schizo-affection. Je vacille constamment entre la paranoïa et la déprime.



La schico-affection (ou trouble schizo-affectif) est un mélange entre la bipolarité et la schizophrénie. C'est un trouble où tu hallucines et paranoïes tout en ayant des périodes dépressives et maniaques. Tu joues à la fois dans un monde d'imagination et dans un monde de noirceur de façon assez indécente. Tu n'es jamais certain si tu te sens réellement déprimé ou si, encore une fois, ce n'est qu'une hallucination d'émotion.

Je suis une schizo-affective de type dépressif. J’ai une tonne de symptômes dans la catégorie schizo:

• Présence d’idées délirantes (distorsion de la réalité par exemple : se sentir faussement espionné ou suivi, croire injustement que les autres peuvent lire nos pensées) et/ou hallucinations (par exemple entendre ou voir des choses qui n’existent pas réellement. Les hallucinations peuvent affecter tous les sens.

• Incohérence du discours

• Comportements désorganisés ou catatoniques (par exemple, stupeur, mutisme)

• Symptômes négatifs tels que l’absence très d’affects ou affect plat, discours rigide ou pauvre en information, difficulté à poursuivre des activités routinières ou à prendre soin de soi.

Cela dit, dans la section «bipolaire», je n'ai qu'un seul symptômes de type maniaque : être irritable sans raison apparente. Je ne vis pas de période «high» où je me surestime et j'ai des idées de grandeurs. Au contraire, j'ai même tendance à me rabaisser plus souvent qu'autrement. Par contre, je suis dépressive et ça sur un moyen temps. C'est même rendu un état stable chez moi. C'est donc dire que tous mes symptômes de bipolarité correspondent au type dépressif.

Bon, c’est l’heure des médocs!


France P.

147 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout