• Julie

De l'uniforme à la jaquette (1)

Mis à jour : juil. 1

Le 15 avril 2017 ma sœur s'est suicidée.


Quelques jours avant son décès, je m'activais à essayer de résonner ma sœur; en approfondissant mes recherches, l'un de ses diagnostics était le même que celui de Guy Turcotte. Un lien s'est fait, j'ai pensé qu'elle pourrait donc être capable du pire, ce qui arriva...


À mon arrivée chez ma sœur ce soir-là, suivant l'appel de ma filleule m'annonçant la nouvelle, une auto-patrouille était stationnée devant la maison. Mon frère arrivait au même moment. Il n'y avait qu'un seul policier. Personne d'autre n'y était, ni ma mère, ni mes neveux et nièces, ni mon ex-beau-frère.


Durant ce temps, à Saint-Stanislas, mon ex-beau-frère venait d'avoir un accident de la route et en est décédé.


Les policiers sur les lieux de l'événement de ma sœur ont dû annoncer l'accident à mes deux neveux, dans l'auto-patrouille pendant leur déposition.


Tout le monde a été dirigé vers l'hôpital, sauf mon frère, mon conjoint et moi. Qui sommes arrivés plus tard.


L'agent sur place a dû m'annoncer une nouvelle terrible, un autre décès, dans des circonstances inconcevables.


Aujourd'hui, je le remercie, car il l'a fait de la bonne façon.



Ça, c'est moi. Moi, je l'ai vécu 1 fois, les gens travaillant dans des métiers tels que pompiers, policiers, journalistes, militaires, infirmiers et vétérinaires le vivent, eux, à répétition.


Patrick Bigras, policier de la Sûreté du Québec s’est enlevé la vie. C’est lui qui était arrivé en premier sur les lieux du crime de Guy Turcotte. Dans les derniers mois, on a entendu des cris du cœur de gens travaillant dans différents domaines.


Et si un point commun les reliait?


Ce processus m'a mené à cet article, qui sera une série d'articles, où vous apprendrez ce qui se cache derrière l'uniforme, comment ça se passe en coulisse. Je pense que pour être capable de compassion, nous devons être capable de voir l'humain derrière l'uniforme.


Vous lirez de la détresse, de la force, de la résilience.


Le titre de ces articles nous vient de la première personne que vous apprendrez à connaître, Martine Laurier : "Le plus difficile, ce n'est pas de partir de l'uniforme à la jaquette d'hôpital. Le plus dur, c'est de remonter la pente."


Julie.

606 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon