• Arielle

Être sur son X ou choisir son X ?

Je pensais qu'un jour, tout se réglerait. Comme dans les films! Tu vis des difficultés, puis un jour, disons à la mi-vingtaine, tous tes efforts sont récompensés, tu te retrouves sur ton X, tu as la vie «parfaite», telle que tu te l'es imaginée. Entre autres, la carrière de tes rêves. Puis les années défilent, et les épreuves aussi, et tu commences à te demander, quand est-ce que ta vie va commencer pour vrai?


J'ai choisi ma profession en étant inspirée d'une problématique que j'ai vécue adolescente parce que ça me tenait à coeur. Ce travail en relation d'aide ayant été reconnu rapidement par mes pairs, l'anxiété de performance s'en est suivie. M'a envahie. J'ai pensé que ce n'était pas normal, que si j'étais sur mon X, je ne me sentirais pas si anxieuse, ni angoissée, terrorisée même. J'ai continué quand même, plusieurs années. J'ai consulté, j'ai «travaillé sur moi». Je me suis remise en question tellement de fois! Puis l'anxiété est devenue si forte que j'ai fini par essayer de me trouver un emploi plus simple et moins stressant (selon moi), et impliquant moins d'engagement, en attendant de trouver mon X. Tu sais, cet autre emploi qui me ferait sentir bien mieux! En quelques mois, j'ai vite observé le retour de l'anxiété: je voulais qu'on m'aime, je ne voulais pas déplaire et surtout éloigner les critiques en réussissant du premier coup toutes les tâches. J'ai réalisé que peu importe l'emploi que j'aurais, l'anxiété continuerait de m'accompagner pour mille et une raisons. J'ai réalisé qu'elle serait là peu importe ce que je ferais. Autant choisir un travail qui me stimule, qui me nourrit! J'ai recommencé doucement à refaire ce que j'aime, en étant à l'écoute de mes limites.


Je ne regrette rien! Ce détour nécessaire m'a permis de choisir à nouveau ma profession, de réapprendre à l'aimer, de la séparer de l'anxiété. Je pense que cette fois, j'ai choisi mon X !


Arielle

99 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout