• France P.

À toi le parent qui a réussi!

Ode à toi, le parent qui a réussi à entretenir une santé mentale décente malgré la pandémie!


Tu mérites une série d’applaudissements! Non, attends! Tu mérites une ovation, car, crois-moi, ce n’est pas évident de t’occuper des petits, du travail, de la maison, des devoirs, de la routine, de ton/ta conjoint(e), le tout, en étant enfermé dans un même et seul endroit! Chapeau à toi, qui a su jouer à l’animateur de camp de jour en même temps que tu parlais à ton employeur lors d'une rencontre «Teams»!


Chapeau bien haut à toi, le parent!


Félicitations pour avoir survécu à 6 mois de galère où tu gérais tout ce qui se passait avec l'idée de la fin du monde qui planait au-dessus de ta tête comme le plus gris des nuages. Tu as réussi à ne pas craquer et, franchement, c’est tout à ton honneur! Une bonne tape dans le dos s’impose! Si je pouvais, je te donnerais un câlin pour te dire comment je suis fière de toi et de ce que tu as accompli.


Car ta dépression, elle, n’est pas partie! Ta maladie mentale ne s’est pas fait la malle parce que le monde a arrêté de tourner. Au contraire.



Tu mérites maintenant de souffler un peu. Les enfants seront bientôt de retour à l’école et toi dans ton bureau tranquille avec tes collègues. Le contexte est incertain, mais tu as le droit d'en être soulagé quand même. Bientôt, tu auras le droit à un 5 minutes seul avec toi-même ailleurs que dans la salle de bain, la porte fermée (et encore là, c’est drôle comment ils ont soudainement besoin de nous à ce moment exact). Tu vas pouvoir manger chaud et remettre des vêtements propres. Tu vas pouvoir rétablir un équilibre dans ta vie et reprendre une routine, car si tu es comme moi, la routine a pris le bord en mars et elle n’est toujours pas de retour.


L’été est presque fini et le monde va doucement recommencer à tourner. Du moins, on l'espère. Toi? Tu vas te permettre de prendre une journée «off» du travail sans les enfants et de faire quelque chose à toi de toi! Pas de lavage/ménage/repassage/vaisselle sale! NON! À toi de toi! Donne-toi le droit d’être toi et non pas le parent ou l'employé, pour une fois! Tu as le droit de prendre soin de toi. Ta santé mentale te supplie de te donner cette journée-là pour souffler. Même si ça veut dire pleurer toute la journée en mangeant de la crème glacée pour faire descendre la pression.


Donne-toi le droit à une journée de congé de tout et encore bravo d’être passé au travers! Tu mérites vraiment le repos et la paix de l’âme!


Maintenant? C’est le temps d’attaquer ta dépression! Tu as survécu aussi longtemps sur un fils de fer. Saute! Le filet est en bas et on t’attend pour t’aider!


Je t’aime toi le parent qui a tout fait pour faire tourner la planète pendant que sa tête, elle, ne tournait pas rond! Ne lâche pas!


France P.

113 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon