• La fougueuse

À fleur de peau

Mis à jour : mai 16


Bonjour à tous, voilà près de 3 semaine que je n'ai pas écrit ici. Pourtant, j'y prends plaisir et cela me fait du bien de venir me réfugier ici. Dans les dernières semaines, j'ai voulu venir ici, mais je n'arrivais pas à trouver les mots, c'est comme une tempête dans ma tête, je ne sais par où commencer. À fleur de peau, en toute vulnérabilité, je viens écrire ici, comme pour mettre un baume sur l'anxiété presque constante de ces derniers temps.


Malgré que j'aie beaucoup progressé en thérapie dernièrement sur le côté TPOC, en ce moment dans ma vie, je fais face à un des obstacles de taille en lien avec mon obsession mentale principale et récurrente: ce que les autres pensent et disent, je dois absolument être à la hauteur. J'ai en effet été plusieurs fois exposé récemment à des situations, de façon volontaire ou involontaire, qui ont vraiment fait ressortir beaucoup d'anxiété en lien avec cette obsession en particulier. Le pire dans tout cela, plus j'obsède avec cela, plus je ruine malgré moi toute chance d'interactions sociales positives. Les situations de groupes sont très angoissantes. Par exemple, je vais avec mon copain à une fête entre amis où je ne connais pas la moitié des gens, c'est énormément difficile pour moi de me mettre à l'aise. L'anxiété est au maximum, je fais des blagues qui ne sont pas drôles ou dis des choses que certaines personnes interprètent mal, je suis vraiment maladroite, je dis des choses déplacées ou hors contexte. J'en ai assez que mon copain doive excuser mes comportements sociaux étranges, j'en ai assez que ma santé mentale me définisse, définisse ma vie. Je me sens prise au piège dans un grand tourbillon.


Je déteste que certaines personnes croient qu'on se crée des excuses pour des agissements bizarres, mais en même temps quand l'anxiété est si forte, j'ai l'impression de perdre le contrôle et cette sensation est bien réelle. Cette sensation de perte de contrôle fait tout chavirer. Voilà la maladresse qui arrive, l'envie de fuir, je tente d'aller me calmer aux toilettes et tout déboule. En plus, en ce moment je vis une relation de travail très tendue avec des collègues, c'est énormément toxique, j'attends que cela se tasse. Bref, on dirait bien que toutes mes chances de socialiser de façon positive et me faire des amis sont assez gâchées. Je sais que j'ai poussé trop mes limites à essayer de trop faire d'expositions trop vites avec les amis de mon copain. Mais encore et toujours, les autres passent avant. Je voulais tellement qu'il soit fier de moi. Je me suis placée moi-même dans une situation anxiogène récemment, alors que mon anxiété était déjà très élevée après le travail, j'ai voulu trop essayer, un total désastre. J'ai complètement paniquée, je suis allée quand même, j'ai été vraiment socialement terrible. Le pire, c'est que je me suis vue aller, mais en même temps j'ai laissé toute mon anxiété avoir le contrôle de la situation. J'aimerais tellement pouvoir racheter cela, qu'ils comprennent sans que je doive tout dévoiler l'état de ma santé mentale. En même temps, j'en ai juste assez de toute la place que prend mes problèmes de santé mentale, tout le temps et l'énergie que je mets à me contenir, à me tenir à flot, à essayer de garder la tête hors de l'eau.


Je me sens épuisée, je travaille fort en thérapie, mais encore une fois je veux en faire trop, satisfaire tout le monde avant moi-même. jJe suis en train de me perdre, de perdre qui je suis, à vouloir plaire à tout le monde, adapter ma personnalité aux autres lorsque je rencontre de nouvelles personnes et que je suis mal à l'aise. J'ai envie de vivre enfin, hors des barrières que j'ai créé, hors des barrières que l'anxiété et le trouble de personnalité m'ont créée, que j'ai laissé se créer. Je dois simplement ralentir le rythme, m'arrêter, réfléchir.


Crois en toi-même, pour toi d'abord,


La fougueuse.

223 vues

© 2019 par Une Tempête à la fois.

Tout droit réservé

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon